Emploi et Salaires - FO Hebdo

Plan social chez DHL : les salariés en grève bloquent le site de Beautiran

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

En grève ce mardi et bloquant le site de transport et de logistique de Beautiran (Gironde), les salariés de DHL protestent contre un plan de suppression d’emplois au bénéfice de la sous-traitance.

Contestant le projet de la Direction de supprimer ce service, les salariés de la division Transport (22 salariés) du site DHL de Beautiran en Gironde étaient en grève ce 26 avril à l’appel de deux syndicats dont FO (majoritaire à 80% dans ce service transport).

Le mouvement suivi à 90% par les salariés du service (102 salariés) s’est accompagné dès la nuit de lundi à mardi d’un blocage de ce site de transport logistique.

Programmé ce 26 avril, un comité d’entreprise (CE) extraordinaire a été ajourné. Les salariés contestent la pertinence des documents « présentés une nouvelle fois par la direction » se désole Jérôme Juge pour FO. Le CE a demandé une expertise économique de l’entreprise.

Les salariés fustigent en effet l’insuffisance et le flou des propositions présentées par la Direction dans le cadre du plan de sauvegarde des emplois (PSE).

Beautiran, Nogent…. « Des situations choquantes »

« L’activité transport serait supprimée dès le mois de juin sur le site. Elle serait transférée vers l’un des pôles interrégionaux de transport » explique Jérôme Juge.

Or, si ces pôles appartiennent bien à DHL, ils comptent un effectif restreint de salariés.

En effet, s’irrite le militant, sur ces plateformes, DHL soustraite le transport de marchandises à des transporteurs privés.

Alors que la Direction de DHL n’a fait aucune proposition de reclassement aux salariés visés par ce PSE, ces derniers s’indignent de la politique générale menée par DHL au plan de l’Emploi.

« Parallèlement au plan de suppression d’emplois dans le service transport, on constate ainsi que la branche logistique du site emploie en permanence 23% d’intérimaires ! » indique Jérôme Juge évoquant d’autres situations « choquantes. »

Ainsi à Nogent-sur-Seine dans l’Aube, le site de transport et de logistique DHL qui compte actuellement 120 salariés prévoit de fermer ses portes au 30 novembre prochain.

Le traitement des marchandises devrait partir vers d’autres sites en région parisienne. « Or les salariés n’ont reçu aucune information concernant l’avenir des emplois de ce site » s’insurge Jérôme Juge dénonçant la politique de DHL visant « à réaliser toujours plus de bénéfices, au détriment des salariés et de leurs emplois ».