Le chiffre de la semaine - FO Hebdo

Plein le dos : 1 salarié sur 5...

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Les lombalgies ont représenté 19,1% des accidents du travail en 2015, contre 13 % en 2005, d’après les chiffres du bilan annuel que vient de publier la branche Accident du Travail-Maladie professionnelles (AT-MP) de l’Assurance maladie, qui précise également que au-delà du monde professionnel, un Français sur deux a eu une lombalgie sur les 12 derniers mois. Elle constitue le deuxième motif de recours au médecin traitant et donne lieu à un arrêt de travail 1 fois sur 5. Selon un rapport de juillet 2016 de la CNAMTS, la Caisse nationale de l’Assurance maladie des travailleurs salariés, les lombalgies représentent près d’un tiers des arrêts de plus de six mois et constituent la troisième cause d’invalidité pour le régime général.

Coup dans l’aile

Certains secteurs d’activité présentent un sur-risque en la matière, comme les métiers d’aide et de soins à la personne (93 AT pour 1 000 salariés contre 34 AT pour 1 000 salariés dans les autres secteurs) et certaines activités logistiques, souligne le bilan de la branche AT-MP. Il est aussi noté que le risque est très élevé dans le BTP, fort dans les secteurs de l’agroalimentaire, des transports et de l’énergie et qu’il a cru de 2 200 cas par an en 10 ans dans les services. En revanche, dans l’industrie, on recense 1 100 cas de moins par an, ce qui n’étonnera guère vu le coup dans l’aile pris par ce secteur.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.