Communiqué de FO

Projet de loi de finances 2017 : Une logique d’économies pénalisant la croissance, l’emploi et le service public républicain

, Pascal Pavageau, Secteur Économique

Recommander cette page

JPEG - 482.7 ko
Presentation du Projet de loi de finances 2017, a Bercy . ©HAMILTON/REA

Si le gouvernement parvient à réaliser ses objectifs, 46 milliards d’euros d’économies en dépenses publiques auront été réalisées sur la période 2015-2017. Force Ouvrière dénonce depuis le début cette logique néolibérale de ce plan d’économies dont l’impact négatif sur la croissance, la consommation et l’emploi est aujourd’hui largement admis. Face aux engagements européens, la marche budgétaire pour 2017 s’annonce encore haute à franchir. Si l’on peut se féliciter du renforcement des dépenses de l’État à hauteur de 5,7 milliards, des économies d’un montant de 10 milliards devront encore être dégagées sur les dépenses de l’État, des collectivités et sur celles de la Sécurité sociale. Alors que l’investissement ne soutient toujours pas la croissance malgré plus de 110 milliards cumulés de baisse de prélèvements obligatoires consentis aux entreprises, sans contrepartie ni contrôle depuis 2014, cette troisième coupe budgétaire risque de coûter cher en points de croissance perdus, en chômage mais également du point de vue de la capacité de nos services publics à remplir leur mission.

Pour Force Ouvrière, la désertification des services publics, notamment en milieu rural, est source de problèmes importants tant au plan social et économique qu’au plan démocratique.

La stratégie poursuivie par le Projet de loi de finances 2017 s’inscrit donc dans la continuité de celle initiée depuis 2015. Il s’agit toujours de faire financer une politique de l’offre, à hauteur de 40 milliards en 2017, et qui se révèle inefficace pour relancer l’activité et l’emploi, par des économies sur l’action publique et par un transfert fiscal sur les ménages. Réduire le nombre de ménages redevables de l’impôt sur le revenu et augmenter le caractère concentré du seul impôt progressif n’est pas la bonne solution lorsqu’en parallèle, c’est en fait la fiscalité proportionnelle qui continue d’augmenter, accentuant encore le caractère déséquilibré de notre système fiscal.

Pour finir, Force Ouvrière est opposée à la mise en œuvre du prélèvement à la source que le Projet de loi de finances 2017 officialise car il est source d’une complexification inutile de l’impôt sur le revenu, sans bénéfice réel pour les contribuables et dont les risques en termes de pertes de recettes sont sous-évalués.

JPEG - 144.2 ko
InFOgraphie : F. Blanc

A propos de cet article

Sur les auteurs

Pascal Pavageau

Secrétaire confédéral - Secteur économique


Economie - Fiscalité - Services publics - Stratégie, politiques et filières industrielles - Développement durable et politiques environnementales


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 27 février de 07h45 à 08h00

    Europe 1
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Thomas Sotto dans la matinale d’Europe 1

Éphéméride

27 février 1848

Création des Ateliers nationaux
Pour donner plus d’effet au décret de Louis Blanc, affirmant la reconnaissance du droit au travail, le gouvernement provisoire crée des Ateliers nationaux afin de procurer du travail aux millions de chômeurs. Du 24 mars au 20 juin, 120.000 ouvriers travaillaient aux chantiers de terrassements (...)

Pour donner plus d’effet au décret de Louis Blanc, affirmant la reconnaissance du droit au travail, le gouvernement provisoire crée des Ateliers nationaux afin de procurer du travail aux millions de chômeurs.

Du 24 mars au 20 juin, 120.000 ouvriers travaillaient aux chantiers de terrassements pour un salaire uniforme de 2. francs, puis 1 franc 14 centimes par jour. Mais le gouvernement, estimant que le maintien des Ateliers nationaux mettrait en péril les finances de l’État, décida de les dissoudre. Ce fut la cause principale de l’insurrection ouvrière du 24 juin 1848.