Idées - FO Hebdo

Quand le recul de l’âge de la retraite appauvrit les seniors

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

JPEG - 560.8 ko
Pour les seniors, le report à 62 ans de l’âge de la retraite peut induire une baisse de leur niveau de vie. © F. BLANC

Enquête Le report à 62 ans de l’âge légal de départ en retraite pèse sur les régimes gestionnaires des pensions d’invalidité et sur les dépenses d’allocations de minima sociaux, révèle une récente enquête. Ce report impacte aussi le niveau de vie des seniors.

Le report de l’âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans, instauré par la réforme des retraites de 2010, induit-il un surcoût sur les dépenses au titre des pensions d’invalidité et sur celles relevant des minima sociaux ? Oui, répond la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) dans un dossier réalisé à la demande du Conseil d’orientation des retraites (COR). Décidée sur fond de chômage massif, subi notamment par les seniors, cette réforme décale les départs en retraite ce qui induit des surcoûts. Les dépenses supplémentaires pour les prestations d’invalidité seront ainsi d’environ 1,2 à 1,5 milliard fin 2017, cela par une augmentation de 20 % à 25 % du nombre d’invalides, indique ainsi la Drees. À l’effectif de personnes déjà sous statut d’invalidité avant 60 ans, il faudra en effet ajouter l’effectif de celles âgées de 60 à 62 ans arrivant sous statut d’invalidité (125 000 à 150 000 personnes) et non de retraité. Les dépenses supplémentaires impactant les minima sociaux seraient quant à elles de l’ordre de 600 millions par an. Environ 80 000 personnes supplémentaires, soit 5 % de la classe d’âge des 60-62 ans percevraient ainsi une des trois allocations relevant de minima sociaux : le RSA socle, l’AAH (handicapés) ou l’allocation de solidarité spécifique (ASS).

Une fin d’activité contrainte

Le ministère du Travail note que la proportion de personnes « ni en emploi ni en retraite » est de 18 % pour celles âgées de 50 ans, mais de 29 % pour celles âgées de 60 ans. La Drees confirme. Ces personnes sont principalement au chômage, en invalidité ou encore (mais très peu) en préretraite. En 2014, 68 % des personnes interrogées par le COR déclaraient que leur fin d’activité relève plutôt d’une contrainte que d’une décision de leur part. Le licenciement et les problèmes de santé arrivent en tête de ces contraintes. Pour la Drees, la situation de ces seniors fait craindre le développement de poches de pauvreté aux alentours de 55-60 ans. Coincées dans une sorte de zone grise, ces personnes ne parviennent plus à retrouver un emploi et ont épuisé leurs droits dans les divers régimes sociaux. La moitié des 55-60 ans hors emploi et hors retraite perçoivent des prestations sociales (allocations chômage, préretraite) ou des pensions (invalidité, réversion…). À elles seules, les allocations chômage et les pensions d’invalidité représentent chacune environ une personne sur quatre parmi celles ni en emploi ni à la retraite entre 55 et 60 ans. Reporter toujours et encore l’âge légal de départ en retraite conduirait-il à créer une nouvelle forme de pauvreté chez les seniors ? 

Focus : L’inutile allongement des carrières
L’ampleur des situations hors de l’emploi avant la retraite est un frein à l’efficacité des réformes puisqu’elles limitent les marges de manœuvre pour réussir […] à accroître le nombre de cotisants au système, ainsi qu’à réduire les masses de prestations versées, analyse la Drees pour qui l’allongement des durées de carrières ne profite ni aux caisses de retraite, ni davantage aux autres comptes sociaux du fait du risque d’une bascule de personnes […] vers d’autres dispositifs sociaux, tels que le chômage ou l’invalidité.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

23 août 1793

En France, la Convention décréte :« Dès ce moment jusqu’à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service armé. »Ce décret, mobilisait la nation tout entière : c’est la« levée en masse (...)

En France, la Convention décréte :« Dès ce moment jusqu’à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service armé. »Ce décret, mobilisait la nation tout entière : c’est la« levée en masse ».