Idées

Quelle reconnaissance pour les artistes, la culture et ses métiers ?

, Françoise Lambert

Recommander cette page

JPEG - 322.4 ko
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

L’art ne serait pas pour les travailleurs. L’idée reçue possède son corollaire : l’artiste ne serait pas un travailleur.

Marie-Ange Rauch, historienne, use de la métaphore véhiculée par la fable de La Fontaine, La Cigale et la Fourmi. L’étiquette d’insecte parasite colle à beaucoup d’artistes interprètes, relève-t-elle.

L’organisation collective des artistes a contribué à leur considération

Si l’organisation collective des artistes, par exemple dans les cafés-concerts dès la fin du 19e siècle, a donné une reconnaissance et une respectabilité au métier, Erwan Leroux, danseur à l’Opéra de Paris et délégué syndical central, observe : Beaucoup de gens s’imaginent encore aujourd’hui que la culture n’est pas un métier.

Désengagement des pouvoirs publics

La culture en général est confrontée à un manque de considération. En témoigne la disparition des bibliothèques au sein des grandes entreprises. Celle de l’usine Renault du Mans, créée en 1947, a été démantelée en 2004.

Le désengagement des pouvoirs publics est patent. La culture reste en outre la grande absente des débats de la présidentielle. Attention, danger !

A propos de cet article

Sur l’auteur

Françoise Lambert

Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

En complément

Éphéméride

24 juin 1793

En France, les Montagnards promulguent une nouvelle Constitution (dite de l’an I). Elle est très démocratique et très décentralisatrice et donne un pouvoir considérable aux assemblées d’électeurs. Elle est cependant destinée à ne s’appliquer qu’en temps de (...)

En France, les Montagnards promulguent une nouvelle Constitution (dite de l’an I). Elle est très démocratique et très décentralisatrice et donne un pouvoir considérable aux assemblées d’électeurs. Elle est cependant destinée à ne s’appliquer qu’en temps de paix.