Sommaire du FO Hebdo n°3184 du 13 janvier 2016 - FO Hebdo

Résister, se développer, conquérir

Recommander cette page

VOEUX - Vœux Dans son adresse aux syndicats, Jean-Claude Mailly en appelle au développement des implantations syndicales FO, indispensables à son efficacité.
EMPLOI - Le chef de l’État annonce l’objectif de 500 000 formations supplémentaires pour les chômeurs peu qualifiés. FO, reçue le 11 janvier par le Premier ministre, reste dans l’attente de précisions.

En guise d’éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Lettre aux syndicats

Événement 3
- Chômage : FO dubitative sur le plan de 500 000 formations

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4
- Complémentaire santé en entreprise : une généralisation qui produit des effets pervers
- Alstom Transport : FO alerte sur l’avenir des emplois

Actualité 5
- Réforme territoriale : le grand chamboulement
- Austérité : la fonction publique en grève le 26 janvier

Idées 6
- Niveau de vie : l’écart entre retraités et actifs appelé à se creuser

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Juridique - La nouvelle prime d’activité : pour qui ? Comment ?
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait : En lutte depuis le 7 fructidor an XII

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.