Éditoriaux de Jean-Claude Mailly - FO Hebdo

Rester sur notre rôle syndical

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

JPEG - 396.3 ko
Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Si le gouvernement est parvenu, avec un passage en force au 49-3, à inverser la hiérarchie des normes en matière de temps de travail, il n’est pas encore parvenu à inverser la courbe du chômage. Qui plus est, le consensus des économistes prévoit pour 2017 une croissance plus faible que celle espérée par le gouvernement.

Or on sait très bien qu’une activité économique plus forte est indispensable pour faire reculer durablement le chômage. Mais cela impose de changer d’orientation économique, de passer d’une logique libérale axée sur la flexibilité du marché du travail à une logique keynésienne, portant notamment sur une relance de l’investissement et de la demande.

C’est-à-dire de sortir du cycle de l’austérité car l’emploi et le pouvoir d’achat sont au centre des préoccupations des salariés actifs, chômeurs et retraités. Dans la même logique, nous sommes très attentifs aux initiatives que pourrait prendre le gouvernement concernant l’Assurance chômage. Nous n’accepterons pas, en particulier, une remise en cause des droits des salariés et demandeurs d’emploi.

Dans les semaines et mois à venir nous rappellerons publiquement nos positions et revendications sans pour autant, directement ou indirectement, nous impliquer dans la campagne présidentielle.

Je me permets d’ailleurs, à titre d’observateur, de relever que les procédures de primaire sont effectivement primaires. C’est la foire à l’Audimat, le concours Lépine du politique et je ne suis pas sûr (c’est peu dire…) que la démocratie en sorte grandie.

Pour ce qui nous concerne et bien que l’actualité médiatique sera focalisée sur ces élections, nous continuerons assidûment notre travail syndical. Ce fut le cas la semaine dernière pour les dossiers industriels lors d’un rendez-vous avec le nouveau secrétaire d’État à l’Industrie ainsi qu’avec la ministre du Travail.

Par ailleurs, la campagne des élections TPE bat son plein.

C’est en restant sur notre rôle syndical, sur nos principes de liberté et d’indépendance et en accentuant notre développement que nous rendrons le mieux service aux salariés, en répondant à leurs attentes.

À la différence d’autres syndicats (suivez mon regard) nous ne pratiquons pas le marketing syndical, nous militons tout simplement. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Éphéméride

30 avril 1789

En France, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent à Versailles pour débattre de leur attitude cinq jours avant l’ouverture des [États généraux. C’est l’origine du Club breton auquel s’agrégeront très vite des députés« patriotes (...)

En France, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent à Versailles pour débattre de leur attitude cinq jours avant l’ouverture des [États généraux. C’est l’origine du Club breton auquel s’agrégeront très vite des députés« patriotes »venus d’autres provinces : Mounier et Robespierre parmi les premiers, Mirabeau, Sieyès, Barnave, Pétion, Grégoire, les Lameth, Rœderer et Buzot assez vite. Le petit groupe parlementaire prendra en quelques mois une influence croissante au sein de la gauche et deviendra le Club des Jacobins en eménageant dans un nouveau local à Paris. Son nom officiel : la société des amis de la Constitution.