À lire - FO Hebdo

Monographie : Robert, Henri, Chim et Cie

, Corinne Kefes

Recommander cette page

À part pour les amateurs de vin ou de champagne peut-être, l’association est immédiate entre Magnum et la photographie.

La réputation de l’agence est le fruit d’une histoire mouvementée, en crise perpétuelle. Cet ouvrage en retrace les grandes étapes en utilisant des archives encore peu exploitées et en intégrant de nombreuses citations et photos.

Au-delà des grands noms qui ont fait sa renommée, la notoriété de l’agence se base sur une volonté sans cesse affirmée de placer le photographe au cœur de ce métier et de définir sa propre vision du photojournalisme. Enfant de la guerre, l’agence grandit avec la nécessité de l’engagement et du témoignage dans une idée d’universalisme. Elle défend la notion de droit d’auteur et souhaite plus d’indépendance pour le photographe.

Se dessine au fil des pages une réalité complexe, l’élaboration d’un mythe, tout en contradictions entre respect de l’image de marque et nécessité de la transgression, entre liberté et finance, entre individu et collectif, entre photo engagée, support de communication et expression artistique.

Au final, ce qui semble définir Magnum c’est une certaine façon d’être et d’appréhender le monde, dans un souci d’exemplarité et d’excellence. C’est aussi partager des valeurs communes et s’interroger constamment sur ce qui fait un bon photographe. 

Histoire de l’agence Magnum, l’art d’être photographe, Clara Bouveresse, éditions Flammarion, 376 pages, 35 euros.