Portrait - FO Hebdo

Secrétaire général de l’union départementale FO du Cher : Il a le combat syndical dans le sang

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

JPEG - 477.6 ko
© DR

Pierre Lemmet, 45 ans, a été élu le 9 mars dernier secrétaire général de l’union départementale FO du Cher. Chauffeur routier, il a toujours pris la défense de ses collègues, avant même d’adhérer à FO en 2006.

À18 ans, à ses heures perdues, Pierre Lemmet se rendait au conseil de prud’hommes pour écouter les plaidoiries. Il prenait aussi plaisir à feuilleter le Code du travail. J’ai arrêté mes études en seconde, j’ai commencé à travailler à 16 ans et demi, raconte-t-il. Dès le départ j’ai voulu connaître le droit du travail, savoir comment ça se passait, j’estimais que ça faisait partie de la vie active.

D’abord frigoriste, il devient ensuite chauffeur routier. Durant onze ans il roule de nuit, en messagerie, entre Bourges et le nord de Paris. Il se présente aux élections professionnelles sans étiquette, est élu délégué du personnel et devient secrétaire du CHSCT. J’ai toujours voulu défendre mes collègues, certaines situations donnent envie de se battre et j’ai un côté saint-bernard, reconnaît volontiers ce père de deux enfants.

Recruter de jeunes militants

311 650

C’est la population du département du Cher en 2013 (source Insee).

Il adhère à FO en 2006, séduit par le slogan libre et indépendant. Le but d’un syndicat, c’est de défendre les salariés, je ne me voyais pas continuer à agir seul, poursuit-il. Aujourd’hui il est délégué syndical central chez le transporteur Bernis, une filiale de Géodis qui compte 583 salariés.

Il est également conseiller prud’hommes à Bourges et depuis 2008 il s’investit dans l’union départementale du Cher, en tant que membre du bureau. Il a été élu secrétaire général lors du 25e congrès. L’une de ses priorités sera de lancer une campagne de syndicalisation auprès des jeunes, pour renforcer l’équipe. On trouve des adhérents, mais trouver des militants, c’est plus difficile, constate-t-il.