Communiqué de FO

Smic : d’illusion en désillusion pour les salariés - Encore une fois, le groupe d’experts appelle à la prudence…

, Marie-Alice Medeuf-Andrieu

Recommander cette page

Depuis 2006, les rapports annuels du groupe d’experts chargé de conseiller le gouvernement sur les augmentations du Smic préconisent de ne pas accorder de coup de pouce et de s’en tenir au mécanisme de revalorisation légale. Le rapport provisoire qui vient d’être rendu ne fait malheureusement pas exception, même s’il convient de noter que ce groupe d’experts a fait preuve d’une réelle qualité d’écoute et qu’il a contribué à analyser le Smic à sa juste valeur et non plus uniquement comme un coût.

Bien que les auteurs du rapport aient pris soin de relever les signaux positifs envoyés par l’économie française (croissance du PIB, progression de l’emploi marchand en 2016), ils ne se prononcent pas en faveur d’un coup de pouce pour le Smic. En effet, au nom de la prudence et de la modération, les auteurs estiment qu’un coup de pouce au Smic introduirait un risque de déstabilisation à partir d’une situation encore fragile. Bonne conscience libérale ou posture politique ?

Quoi qu’il en soit, le fossé et les inégalités se creusent entre le Smic et la moyenne des autres salaires. Une telle dégradation du pouvoir d’achat appelle une réponse qui soit à la hauteur de la situation. Les salariés au Smic sont souvent ceux qui cumulent le plus de handicaps : contrat de travail précaire, temps partiel… Accorder un coup de pouce au Smic permettrait précisément de relancer la dynamique salariale, y compris au niveau des branches, la consommation, et par là même, de renforcer la croissance. Il appartient désormais au gouvernement de trancher sur la revalorisation du Smic.

Le pouvoir d’achat des salariés ne peut attendre !

A propos de cet article

Sur l’auteur

Marie-Alice Medeuf-Andrieu

Secrétaire confédérale - Secteur Conventions collectives


Négociation collective - Salaires, pouvoir d’achat - Représentativité : collecte et suivi des résultats électoraux - Modes d’organisation du travail


Envoyer un message à Marie-Alice Medeuf-Andrieu

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mardi 21 février de 22h20 à 22h25

    L’AFOC sur France 5
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)

Éphéméride

20 février 1947

En Grande-Bretagne, le Premier ministre travailliste Clement Attlee annonce qu’en Inde « le pouvoir serait transféré à des mains indiennes, au plus tard en juin 1948 ». Sur place, lord Mountbatten, dernier vice-roi, organise le partage des deux futurs États du Pakistan musulman et de l’Inde, sans (...)

En Grande-Bretagne, le Premier ministre travailliste Clement Attlee annonce qu’en Inde « le pouvoir serait transféré à des mains indiennes, au plus tard en juin 1948 ». Sur place, lord Mountbatten, dernier vice-roi, organise le partage des deux futurs États du Pakistan musulman et de l’Inde, sans éviter une terrible guerre de religion et l’exode massif des populations : 4 millions de sikhs avaient fui le Pakistan, et 6 millions de musulmans s’y étaient réfugiés. Les six cents États princiers et leurs 89 millions d’habitants durent intégrer l’Union indienne. Proclamée République indienne souveraine et indépendante, celle-ci n’en accepta pas moins d’entrer dans le Commonwealth rénové. Le Pakistan adopta la même attitude politique en 1955.