Rail

SNCF : des cheminots vent debout contre la répression antisyndicale

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

JPEG - 1.1 Mo
 

Près d’un millier de cheminots se sont rassemblés ce 29 mars devant la gare Saint-Lazare à Paris, à l’initiative de la fédération FO, rejointe par les structures régionales de Sud et de la CGT. Ils étaient tous là pour soutenir trois élus FO traduits en conseil de discipline, dont deux l’après-midi même. Plus largement, ils ont exprimé leur détermination à combattre la répression antisyndicale qui sévit de plus en plus fortement dans l’ensemble de la SNCF.

Il y a quinze jours, ils étaient venus rendre hommage à leur camarade Edouard, syndicaliste Sud-Rail de la région Saint-Lazare, qui s’était suicidé quelques jours plus tôt, victime de discrimination syndicale et d’un management anxiogène.

Ce 29 mars, à l’initiative de la Fédération FO Cheminots, ils sont venus soutenir des élus FO de cette même région Saint-Lazare, contre lesquels la direction requiert des sanctions, allant de la mise à pied à la radiation des cadres, ce qui équivaut à licenciement.

Empêcher un France Télécom bis

La colère est palpable. La détermination aussi. Quand les responsables syndicaux interviennent, les visages se durcissent, concentrés.

Voilà deux semaines notre camarade et ami Édouard a mis fin dramatiquement à ses jours […] Aujourd’hui nous sommes rassemblés dans l’unité à l’appel de la CGT, Sud et FO, car ce sont deux de nos camarades FO, Eric et David qui sont traduits en conseil de discipline et pour lesquels des sanctions très lourdes sont requises par la Direction. Une troisième camarade de FO, Fred, passera en conseil de discipline le 26 avril, explique au micro Hélène Paterakis, du syndicat FO cheminots pour la région Saint-Lazare.

Nous avons appris qu’un autre cheminot de Mulhouse, délégué du personnel a également mis fin à ses jours pour des raisons similaires à Édouard, déclare-t-elle aussi, soulignant : Il faut que cela cesse, nous n’accepterons pas que ces deux suicides soient le début d’une longue série comme ce fut le cas lors de la transformation de France Télécom en Société anonyme. C’est ce qui est en projet aujourd’hui pour SNCF Mobilités !.

Le sort des agents et celui des usagers est lié

La responsable syndicale enchaîne : Comment ne pas établir de lien entre ces sanctions extrêmement lourdes et le combat mené par ces camarades contre la réforme ferroviaire et sa mise en application concrète ? […] à chaque fois ce sont les conditions de travail qui se détériorent un peu plus, ce sont des pertes importantes de rémunération et une pression managériale insupportable pour faire appliquer coûte que coûte ces restructurations.

En matière de restructurations, la région Saint-Lazare est justement une « région test ». Les horaires d’ouverture des 80 gares de lignes qu’elle comprend sont réduits : elles ouvrent plus tard, ferment entre midi et deux et plus tôt le soir. Plusieurs « petites » garent restent même fermées des jours entiers.

De Saint-Lazare à Mulhouse en passant par le sud et l’Auvergne, « leurs sanctions ne nous feront pas baisser la tête »

Mais, si Saint-Lazare est une région test où le « lean management » fait particulièrement des dégâts, la discrimination à l’encontre des « fortes têtes » et la répression antisyndicale se généralise dans toute la SNCF depuis les grèves de 2014 contre la réforme ferroviaire et de 2016 contre une réglementation du travail au rabais et contre la loi Travail, témoignent les cheminots qui font état d’une multiplication des conseils de disciplines depuis trois ans.

François Grasa, secrétaire général de la fédération FO cheminots, s’adressant à son tour aux manifestants, a souligné : demain c’est une camarade élue du personnel de Sud Rail des directions centrales qui est convoquée dans les mêmes conditions pour un conseil de discipline ! Comment ne pas mettre cette répression en relation avec les coups portés contre les salariés, contre les cheminots ? Pour autant nous disons haut et fort à cette direction, à ce gouvernement que leurs pressions, leurs sanctions ne nous feront pas baisser la tête, elles ne nous feront pas ranger nos revendications, nous continuerons à revendiquer sur les mots d’ordre qui étaient les nôtres en 2014 et 2016.

FO lance un appel solennel aux autres fédérations

Rappelant que les sanctions pleuvent comme jamais que l’on soit à Saint-Lazare, en Alsace, en Picardie, à Saint-Étienne, en PACA, en Auvergne ou partout ailleurs, le secrétaire de la fédération FO a conclu le rassemblement en lançant un appel solennel aux autres fédérations de cheminots, notamment CGT et Sud-Rail, qui s’étaient également opposées à la réforme ferroviaire et à la loi Travail , à se réunir et à faire une proposition claire, nette, précise afin que cesse cette chasse aux sorcières avec les conséquences dramatiques que l’on connaît !.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Evelyne Salamero

Journaliste - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément