Le chiffre de la semaine

Soins aux pauvres : 16% de Grecs renoncent, la France suit

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

En Grèce, 16% de personnes pauvres déclarent ne pas se soigner pour des raisons financières, soit plus de deux fois plus qu’en 2008 (7%), selon le Panorama de la santé : Europe 2016, un rapport publié par l’OCDE le 23 novembre dernier. Bien que moindre, cette tendance a été constatée dans plusieurs pays de l’UE, dont la France.

Inégalités en France : mention défavorable

Le rapport le note sobrement : Après la crise financière mondiale, le nombre de personnes à bas revenu faisant état d’un accès limité aux soins de santé pour des motifs financiers a augmenté dans plusieurs pays de l’UE. Parmi eux, se fait défavorablement remarquer la France, où quelque 12% de la frange la plus pauvre ne se font pas soigner, alors que ce n’est le cas que de 1,6% des plus riches. Elle fait donc partie des pays les plus inégalitaires d’Europe, derrière l’Espagne, l’Italie ou la Grèce.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

19 octobre 1862

Naissance de Marcel Sembat, journaliste et orateur
Sous l’influence d’Édouard Vaillant, il entra au comité révolutionnaire central. Dans ses articles incisifs, il menait un combat ouvert et courageux pour la défense du mouvement syndical et en faveur de l’action de la vieille CGT. Il défendit Yvetot au procès de Nantes, et protesta avec énergie contre (...)

Sous l’influence d’Édouard Vaillant, il entra au comité révolutionnaire central. Dans ses articles incisifs, il menait un combat ouvert et courageux pour la défense du mouvement syndical et en faveur de l’action de la vieille CGT. Il défendit Yvetot au procès de Nantes, et protesta avec énergie contre les poursuites et les condamnations des militants syndicalistes. Il prononça à la Chambre des discours retentissants contre l’occupation illégale par la police de la Bourse du travail et à propos de l’affiche antimilitariste. Avant la première guerre mondiale, Marcel Sembat combattit la politique antiouvrière de Clemenceau. Orateur et journaliste de talent, plein de verve, il était spirituel et mordant pour la vérité et la justice. L’évolution, disait-il, se poursuivra inexorablement et amènera la transformation sociale nécessaire. Les syndicats et les coopératives sont les facteurs indispensables de ce renouveau.