FO Hebdo n°3230 du 15 février 2017 - FO Hebdo

La Cour des comptes stigmatise les services publics et les agents

Recommander cette page

Indifférence - Les magistrats critiquent la revalorisation du point d’indice, pourtant bloqué depuis 2010.
Privatisation - Ils se félicitent du transfert des demandes de visas à des sociétés privées.
Amnésie - Ils critiquent l’abandon de l’écotaxe, oubliant qu’il s’agissait d’un partenariat public-privé (PPP).

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Une revue que tous les candidats à l’élection présidentielle devraient lire

Événement 2-3
- Cour des comptes : salaires et missions au banc des accusés
- Formation professionnelle : mieux la contrôler nécessiterait des moyens

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4-5
- Aides à domicile : un métier formidable ?
- Pharmacie : FO s’oppose au premier accord-type sur le temps de travail
- Les banques se gavent et licencient
- Renégociation Unédic : ultimes tractations avant de trancher
- L’emploi aux États-Unis : le dessous des chiffres

Idées 6
- Au travail, les salariés inégaux face à la pollution de l’air

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Un bilan potable de l’eau en France
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait - D’un collectif au syndicat FO

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.

Mes droits

Une question ? Une réponse