Le chiffre de la semaine - FO Hebdo

Travailler pour vivre : 54% des étudiants

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Parmi les étudiants qui ont un travail, soit près d’un sur deux (46%), ils sont 54% à estimer que cette activité rémunérée leur est indispensable pour vivre, selon la 8e édition de l’enquête de l’Observatoire national de la vie étudiante, l’OVE, publiée début avril.

Les parents à la rescousse

Les étudiants qui exercent une activité rémunérée ont gagné en moyenne 740 euros par mois en 2016 alors que les dépenses de loyer des étudiants (hors résidences collectives), que celui-ci soit payé ou non avec l’aide des parents, sont en moyenne de 430 euros par mois, et même plus élevées à Paris (637 euros par mois) et en région parisienne (554 euros). Sur l’ensemble des étudiants, en moyenne, un quart des dépenses est directement pris en charge par les parents. L’enquête rappelle également les chiffres de l’Insee (Enquête Emploi en continu 2015) : les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures sont surreprésentés dans l’enseignement supérieur (36 %) par rapport à la proportion de cadres et professions intellectuelles supérieures dans la population active, où ils représentent 18 %.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 24 mai de 18h45 à 19h15

    France Info TV
    Jean-Claude Mailly sera l’invité d’Emmanuel Cugny dans « L’interview éco » sur France Info et (...)

Éphéméride

24 mai 1958

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy (...)

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy Mollet prennent contact avec lui.