International

Tunisie : L’UGTT tient un congrès de bilan, six ans après le début de la révolution

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

JPEG - 666.6 ko
Ouverture du XXIIIe congrès de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) à Gammarth au nord de Tunis le 22 janvier 2017.

L’UGTT (Union générale tunisienne du travail) tient son XXIIIe congrès du 22 au 25 janvier, à Gammarth, au nord de Tunis. Le précédent remonte à décembre 2011, soit dix mois après le déclenchement de la révolution tunisienne et la chute du dictateur Ben Ali. La centrale syndicale a tenu un rôle clé lors de ces évènements. Depuis, l’UGTT occupe une place de premier plan dans la période de transition que vit le pays.

Les travaux du congrès de l’UGTT, placés sous le thème Allégeance à la Tunisie, fidélité à la mémoire des martyrs et dévouement aux travailleurs, vont donc permettre aux délégués de tirer le bilan de cette période charnière dans l’histoire du pays et celle de la centrale syndicale. Deux histoires intimement liées depuis le combat déterminant de l’UGTT pour l’indépendance de la nation tunisienne proclamée en 1956.

Le congrès va également être marqué par l’élection d’un nouveau secrétaire général et d’un nouveau bureau confédéral.

Houcine Abassi, le secrétaire général sortant, très ému par l’hommage que les militants lui ont rendu à l’ouverture du congrès, a souligné la portée historique de celui-ci, estimant qu’il permettra de poursuivre la mission dure de la centrale syndicale dans l’accompagnement du processus de la transition démocratique.

La solidarité de la confédération FO

Jean- Claude Mailly, qui représentait la confédération FO, avec Andrée Thomas, secrétaire confédérale chargée du secteur international, a salué le militant engagé, le responsable exemplaire, mais aussi tout d’abord, un ami, évoquant aussi l’opiniâtreté et la vivacité de Houcine Abassi.

La tenue de nouvelles élections législatives et présidentielles et la ratification d’une nouvelle Constitution en 2014 ont été le fruit de votre acharnement qui intime un profond respect, a rappelé le secrétaire général de la CGT-FO, avant d’ajouter : Le combat démocratique est gagné, reste le combat économique et social pour une meilleure répartition des richesses.

Jean-Claude Mailly a également souligné la longue histoire de nos deux organisations syndicales qui je l’espère continuera encore à s’écrire dans les années à venir avec notamment notre grand projet de coopération pour un meilleur système d’informatisation de la confédération UGTT.