Congrès d’UD

Vendée : appel à soutenir la mobilisation des hospitaliers le 7 mars

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

Plus de 250 délégués ont participé au XXXXIe congrès de l’Union départementale FO de Vendée le 26 janvier dernier au Château d’Olonne, sous la présidence du secrétaire confédéral Pascal Pavageau.

Si les militants FO de Vendée restent déterminés à combattre la loi El Khomri et à en obtenir l’abrogation, comme le souligne, dès son premier chapitre, la résolution qu’ils ont adoptée à l’unanimité, ils n’en sont pas moins prêts à s’investir dans la préparation de la mobilisation du 7 mars contre la loi Santé de Marisol Touraine. C’est cette fois dans la conclusion de la résolution que l’on trouve leur appel à tous les syndicats FO du département à apporter leur soutien à cette initiative sous toutes les formes qu’ils jugeront utiles.

La présentation du rapport d’activité par le secrétaire général de l’Union départementale, Philippe Rocheteau (réélu) et les interventions à la tribune ont en effet abouti au constat que la destruction des droits collectifs, des services publics et les menaces sur les emplois concernent l’ensemble des salariés, tant dans le privé que le public.

Hôpitaux, écoles, trésoreries, bureaux de poste, industrie, commerce….

Dans le public, les hôpitaux et les maisons de retraites en sous-effectifs n’arrivent plus à s’occuper correctement des patients et des pensionnaires, des trésoreries et des bureaux de postes ferment ; dans les écoles et les collèges, les classes sont surchargées parce que le nombre d’élèves augmente bien plus vite que celui des enseignants, du fait d’une forte croissance démographique dans le département, explique Philippe Rocheteau.

Dans le privé, les salaires vendéens arrivent en bas de l’échelle par rapport à la moyenne nationale, parce que la proportion de la population ouvrière est importante dans le département et qu’elle est impactée par l’absence de coup de pouce au Smic. On constate une multiplication des demandes de la part des entreprises pour ouvrir des négociations sur le temps de travail, ce qui n’est pas très rassurant, en particulier dans un contexte d’application de la loi El Khomri. Il faut aussi combattre l’ouverture des magasins le dimanche.

De surcroît, la situation de l’emploi reste préoccupante dans ce département qui compte 37 000 salariés inscrits à Pôle emploi, soit environ 8% de la population active, car si les autorités expliquent que le chômage a régressé en deçà de la moyenne nationale, c’est essentiellement dû à un recours abusif à l’intérim et aux contrats à temps partiel, ont rappelé les délégués FO.