[07/05/2020] Ce qui change : Masques & Chômage partiel

Vos droits par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

 Masques : La vente de masques dits « grand public » ou « alternatifs » dans les pharmacies est de nouveau autorisée depuis la publication d’un arrêté au Journal officiel le 26 avril 2020. Homologués, ces masques sont vendus entre deux et cinq euros en fonction de leur « durée de vie ». Les masques FFP2 et les masques chirurgicaux restent quant à eux réservés aux personnels de santé. Les masques avaient été retirés de la liste des produits autorisés à la vente en officine par un décret du 3 mars 2020 en raison de la réquisition générale par l’État en faveur des professionnels les plus exposés. Le 3 avril, l’Académie a recommandé que  le port d’un masque  grand public, aussi dit alternatif, soit rendu obligatoire pour les sorties nécessaires en période de confinement, et que les indications pratiques pour la fabrication d’un tel masque soit largement portées à la connaissance de la population, via des tutoriels en ligne, comme celui de la Société française des sciences de la stérilisation.

 Chômage partiel  : Les salariés du secteur privé relevant des régimes général, agricole ou d’un régime spécial de Sécurité sociale qui sont en arrêt de travail pour garde d’enfant de moins de 16 ans (ou pour un enfant handicapé quel que soit son âge, ou pour les personnes vulnérables ou les personnes cohabitant avec) et sans possibilité de télétravail dans leur entreprise doivent, depuis le 1er mai 2020, informer leurs employeurs de l’impossibilité de reprendre leur travail et être placés en chômage partiel.
Pour les personnes vulnérables et leurs proches, plus d’informations sur : www.service-public.fr.

Sur le même sujet

Yves Veyrier : « Adhérents et militants FO, fiers et engagés pour la sécurité et la santé de toutes et tous »

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier

Cet édito est une adresse du secrétaire général, au nom du Bureau confédéral, à l’intention de tous les adhérents, militants et responsables de syndicats, Unions départementales, Fédérations de branches d’activité FO, confrontés, avec l’ensemble de la population, à la grave crise sanitaire générée par la pandémie de Coronavirus (Covid-19).