101e département Mayotte, le fantôme pour les pouvoirs publics

Communiqué de FO par Michelle Biaggi

Le Secrétaire Général et le Bureau Confédéral de FO tiennent à apporter tout leur soutien aux travailleurs mahorais dans leur combat contre l’insécurité. Dans l’île, les phénomènes de violence impactent tous les domaines de la vie courante dans le département. Les questions sécuritaires et migratoires, les difficultés d’accès à la santé, à l’eau, à l’emploi, à l’école, le ramassage des ordures, l’accueil dans tous les services publics entrainent des comportements violents envers les agents publics et les salariés qui ont des missions d’accueil qu’ils ne peuvent plus assumer faute de moyens financiers et humains.

Dans ce contexte, Force Ouvrière rappelle au gouvernement qu’il doit tenir ses engagements envers le 101e département pour l’application des mêmes droits que les autres départements de l’Hexagone. Il n’est pas acceptable de parler d’égalité réelle en Outre-mer et faire exactement le contraire.

Le Bureau Confédéral de FO exige du gouvernement qu’il mette tout en œuvre pour le retour au calme dans l’île par la mise en place de véritables garanties économiques, sociales et syndicales.

Michelle Biaggi Secrétaire confédérale - Secteur organisation

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : la grande cause nationale du quinquennat nécessite d’aller au-delà du droit constant !

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Béatrice Clicq, Secteur Égalité professionnelle, Secteur Europe - International

Le 8 novembre dernier, la France a ratifié la Convention n° 190 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) relative à l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail (dont la violence fondée sur le genre). Depuis son adoption par l’OIT à l’occasion de son centenaire en (...)

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.