Retraite

17 mars : Les retraités dans la rue pour la revalorisation des pensions

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

A Paris, Lyon, Marseille, Nantes ou encore Bordeaux, des milliers de retraités ont manifesté le 17 mars, en demandant la revalorisation des pensions. A l’appel de plusieurs organisations dont l’Union confédérale des retraités FO (l’UCR-FO), les retraités se sont mobilisés contre la baisse de leur pouvoir d’achat.

A Paris, derrière une banderole rappelant que « les retraités disent non au plan d’austérité », un millier de manifestants se sont rendus vers le ministère des Finances à Bercy. « Les retraités ne demandent pas l’aumône. Ils demandent leurs droits » souligne l’UCR-FO fustigeant le gel de la revalorisation des retraites depuis octobre 2013 pour les pensions supérieures à 1 200 euros.

Les retraités (16 millions en France) qui constatent la dégradation de leur pouvoir d’achat au fil des années ont rappelé lors de ces manifestations que la retraite « n’est pas un privilège ou une prestation sociale mais est un droit obtenu par le travail ». Or s’indignent les organisations de retraités, 10% des anciens salariés vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Par ailleurs, de plus en plus de pensionnés sont contraints de reprendre un travail pour subvenir à leurs besoins. En 2012 on comptait ainsi 7% de personnes de 60 à 69 ans occupant un emploi, soit deux fois plus qu’en 2006.

La taxation Casa ne passe pas

L’UCR-FO qui demande notamment le retour à une revalorisation annuelle des retraites et pensions au 1er janvier, l’indexation des retraites sur les salaires et non sur les prix ou encore qu’aucune retraite soit inférieure au Smic souligne le poids de plus en plus lourd de la fiscalité sur le pouvoir d’achat des retraites.

L’imposition des majorations de pensions pour les retraités qui ont élevé trois enfants ou plus, la hausse de la TVA ou encore la suppression de la demi-part supplémentaire pour les parents isolés participent à la dégradation des conditions de vie des retraités.

La création en 2013 de la Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (Casa) laquelle consiste en un prélèvement de 0,3% sur les pensions des retraités imposables plombe aussi le pouvoir d’achat des retraités et est sujet à critique par son principe même.

En effet, par son produit (645 millions d’euros) la Casa est censée financer la prise en charge de la dépendance. Or analyse l’UCR-FO qui demande une prise en charge par la Sécurité sociale, pour l’instant le financement -provenant des retraités eux-mêmes- sera insuffisant par rapport aux besoins.

Par ailleurs, la loi relative à la prise en charge de la dépendance n’a cessé d’être repoussée ces dernières années. Examiné seulement par le Sénat ce 17 mars, le projet de loi déjà voté en première lecture par l’Assemblée nationale il y a six mois est axé sur le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes. La loi ne devrait pas entrer en application avant 2016, ce que les retraités contestent.

L’UCR-FO donne rendez vous aux retraités pour la journée d’action du 9 avril

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément