1er Mai : à l’échelon national et international, la solidarité ouvrière

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Manifestation à Paris le 1er mai 2022. © F. BLANC

FO l’a montré, notamment pendant la crise sanitaire, et le prouve encore aujourd’hui : il n’y a pas de trêve aux revendications. Période électorale ou pas, l’organisation bataille sur tous les terrains pour, entre autres, la hausse des salaires et à commencer par celle du Smic... Ce 1er Mai, journée de mobilisation internationale des travailleurs, les militants ont réaffirmé dans les cortèges leur détermination à faire aboutir leur exigence légitime de progrès social. La confédération, qui s’est adressée dès le 25 avril à ses homologues en vue d’étudier la possibilité d’actions communes, redit son opposition à un recul des droits et particulièrement sur les retraites. L’exécutif devra l’entendre.

Dire, comme certains médias, que ce 1er Mai était, à l’échelon national, très politique, revient à adopter un prisme de lecture pour le moins étroit. Car sur tout le territoire, ce sont plus de 200 000 personnes qui ont participé à la journée internationale de solidarité ouvrière entre les travailleurs du monde entier. Et celle-ci a pris un sens tout particulier cette année avec la guerre en Ukraine, FO participe d’ailleurs à des actions concrètes pour venir en aide aux syndicats du pays. À l’échelon européen et international, la confédération milite aussi activement pour le respect des libertés dans bien d’autres zones de la planète en proie à des conflits et dans des pays où les travailleurs luttent contre des régimes répressifs (Afghanistan, Biélorussie, Hong Kong, Birmanie...).

L’augmentation des salaires ? Oui, c’est une priorité !

À Paris, où FO, à l’appel de l’URIF, participait à la manifestation de République à Nation, en présence du secrétaire général Yves Veyrier, qui auparavant s’était rendu au Mur des fédérés, ils étaient quelque 50 000 manifestants. En province, les cortèges étaient aussi très étoffés, ainsi à Bordeaux avec près de 2 000 manifestants, 4 000 à Lyon, 3 500 à Toulouse, 3 600 à Marseille... Dans le cadre d’une intersyndicale, ou pas, FO – qui a par ailleurs organisé différentes formes d’actions (rassemblements, stands, moments festifs, distribution de tracts...) – a pris part aussi à des manifestations dans des villes plus petites. Ils étaient ainsi 1 200 à Cherbourg, 200 à Coutances, 400 à Épinal, 2 000 à Clermont-Ferrand... Sur tout le territoire, FO a rappelé ses revendications, notamment de redistribution juste des richesses produites, ce qui passe par une hausse des salaires, à commencer par le Smic.  Il y a urgence sur les salaires, oui, c’est une priorité, a rappelé Yves Veyrier qui, ce 1er Mai, a adressé un message vidéo à tous les militants de l’organisation. Partout encore sur le territoire, FO a redit aussi son opposition à toute réforme qui concevrait un recul de l’âge légal de départ en retraite. Nous ne sommes pas d’accord, a résumé le secrétaire général de FO, interviewé dans les médias. Un rappel on ne peut plus clair que l’exécutif ferait bien d’entendre.

24-Périgueux 1

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Pouvoir d’achat : la demande salariale demeure

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Le conflit en Ukraine va ralentir la croissance économique hexagonale, déjà fragilisée par la crise sanitaire. Si la Banque de France ne prévoit pas à ce stade de récession, l’institution table cependant sur une baisse de la croissance de 0,5 % à 1,1 % et une inflation moyenne de 3,7 % sur l’année. (...)