1er Mai confiné mais toujours revendicatif

Revue de presse par Christophe Chiclet, journaliste L’inFO militante

La CGT-FO a placé ce 1er mai de crise sanitaire sous le signe de la santé au travail, qui doit être considérée comme un droit fondamental. Aperçu dans la presse.

Le Parisien
Du côté des syndicats, on est très clair. On n’a pas réfléchi à la possibilité de manifester dans la rue dans l’immédiat. On est plutôt inquiets de la pression exercée sur les salariés pour la reprise d’activité, explique Yves Veyrier, secrétaire général de FO. On ne peut pas être en contradiction avec notre politique de défense des conditions sanitaires des travailleurs et appeler à manifester dans la rue tout de suite, ajoute le représentant syndical. Le moment venu on verra bien, tout dépendra de l’environnement et du contexte. Si on peut voyager à plusieurs milliers dans les transports en commun, ce sera de l’ordre de l’envisageable, avance le leader syndical. Lors des dernières manifestations contre l’usage du 49.3 pour la réforme des retraites, nous avions déjà respecté les gestes barrières, évité de se serrer la main ou de se faire la bise, rappelle le dirigeant de FO.  Et de conclure : Mais les revendications ne cesseront pas avec le déconfinement, tient à préciser Yves Veyrier.

Le Dauphiné
Dans l’Isère, FO fait partie de l’intersyndicale : Même confinés, manifestons toutes et tous le 1er mai avec des pancartes, banderoles ou en envahissant les réseaux sociaux, et donnons à cette journée une véritable force collective, ont ainsi écrit plusieurs syndicats.

Labourstrat.org
Ce site d’information sur le syndicalisme international précise les démarches pour un 1er Mai de revendications dans un contexte inédit : En coopération avec la Confédération syndicale internationale et toutes les fédérations syndicales mondiales, nous organiserons une diffusion de douze heures de vidéo et d’événements en direct produits par des syndicats du monde entier. Nous avons rassemblé des vidéos réalisées spécialement pour le 1er Mai par des syndicats de tous les continents.

AFP
L’agence d’information précise les modalités en France : Plusieurs syndicats et organisations de jeunesse ont appelé lundi [20 avril] à la mobilisation le 1er mai lors de la journée internationale des travailleurs, sans cortèges en raison du confinement mais en arborant des pancartes depuis son balcon ou en inondant les réseaux sociaux de slogans revendicatifs. Précisant à propos de FO : FO porte ses revendications d’une augmentation générale des salaires et du Smic, de l’égalité femmes-hommes, et du renforcement des systèmes de protection sociale collective (santé, Assurance chômage, retraite), selon la déclaration de sa commission exécutive adoptée lundi [20 avril].

Ouest France
En province, à quoi va ressembler la manifestation du 1er Mai à Rennes, s’interroge le grand quotidien de l’Ouest, évoquant le communiqué commun de plusieurs syndicats dont FO daté du 27 avril. Ces syndicats proposent leur solution : Ils appellent à manifester à 10h dans tout le département : en postant sur les réseaux sociaux des messages de revendication ; en affichant à nos balcons et fenêtres des banderoles revendicatives, des drapeaux de nos syndicats, des écharpes rouges… Et en y scandant nos slogans. Dans leur texte commun, les syndicats affirment : Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux pays vivent grâce aux oublié(e)s, aux invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie. Les paroles de reconnaissance des gouvernements n’ont pas été suivies d’actes forts. Raison pour laquelle ils demandent, notamment, des revalorisations salariales, l’abandon de politiques destructives qui mettent à mal la protection sociale, et le développement des services publics

 

Affiche FO du 1er mai 2020 [PDF]

Sur le même sujet

Déconfinement scolaire : un protocole sanitaire qui ne supprime pas les menaces

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Après 1,4 million d’élèves de maternelle et d’élémentaire la semaine dernière, c’est maintenant au tour de quelque 150 000 collégiens de 6e et 5e de retourner en classe. Le dépistage généralisé auprès des élèves et des adultes, que la Fédération FO de l’Enseignement avait demandé en préalable à cette reprise, n’a pas été organisé.