+2,4 % pour les tarifs réglementés d’EDF : la tension monte chez les ménages modestes

Le Chiffre par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Les tarifs réglementés de vente d’électricité d’EDF et des Entreprises locales de distribution (ELD) ont augmenté en moyenne de 2,4 %, le 1er février 2020. Cette hausse concerne pas moins de quelque 25 millions de foyers et de petits professionnels éligibles au tarif Bleu d’EDF. La précédente, en août 2019, avait déjà atteint 1,23%. Ce alors que les prix de l’électricité avaient déjà bondi de 40% sur les 10 dernières années selon le rapport présenté en mai 2019 par le médiateur de l’énergie.

Du brutal

Pour ce dernier, les augmentations brutales des tarifs réglementés d’électricité sont insoutenables pour les Français les plus modestes. Il souligne également que le nombre d’interventions pour impayés d’électricité ou de gaz chez les particuliers a crû de 4,2 % en 2018 par rapport à 2017. En France, pas moins de 6,7 millions de personnes étaient en situation de précarité énergétique en 2017, soit, selon l’Observatoire national de la précarité énergétique, 12 % des ménages français.

Sur le même sujet

Réseau de transport d’électricité (RTE) doit rester 100% public

Appel à la grève par Énergie et Mines

Communiqué de Fédération Nationale de l’Énergie et des Mines
Le risque d’une cession du capital de RTE se précise. Ainsi, à l’issue du Conseil d’Administration d’EDF du 22 avril 2016, l’État et EDF ont annoncé diverses mesures financières : versement pendant deux ans des dividendes de l’État sous forme (...)

EDF : Après la grève, les fédérations exigent le retrait définitif du projet Hercule d’ici le 10 octobre

Service Public par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Pas moins d’un agent sur deux du groupe EDF en moyenne, rejoints par des électriciens d’autres entreprises étaient en grève ce jeudi 19 septembre à l’appel de FO ainsi que de la CGT, la CGC et la CFDT, avec des taux atteignant 65%, 80% voire 100% dans de nombreux centres de production. Fortes de l’ampleur de cette mobilisation, les fédérations syndicales mettent en demeure le gouvernement et la direction d’EDF de retirer définitivement le projet (dit Hercule) de scission du groupe. D’ici le 10 octobre. Faute de quoi, elles appelleront à de nouvelles actions communes.