3 M, fossoyeur d’emplois !

Emploi par Fédéchimie

Grève à l’usine 3M de Longvic en Côte-d’Or.

Après le site de Longvic (21) qui va fermer ses portes en 2018 et jeter à la rue plus de 90 emplois directs, ça va être maintenant au tour du site de Beauchamp (95) suite à l’annonce de la direction générale jeudi 22 juin qui, par rapport à une « soi-disant » dégradation de sa marge opérationnelle, se voit « contrainte » de fermer celui-ci très certainement courant 2019.

300 salariés vont être mis sur l’autel du profit par ce groupe américain spécialisé dans les équipements de bureau, sécurité et médicaux et qui emploie plus de 90 000 personnes dans le monde dont 2 400 en France.

Malgré un bénéfice de près de cinq milliards d’euros en 2016 pour un chiffre d’affaires avoisinant les trente milliards, 3M sacrifie le site de Beauchamp qui a employé près de 1 200 personnes à ses plus belles heures.

Après avoir touché des sommes non négligeables au titre du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE), distribué des dividendes records aux actionnaires, le géant américain préfère délocaliser la production du site de Beauchamp vers des pays à faible coût de main d’œuvre comme la Pologne, le Mexique et la Thaïlande pour plus de profits.

La Fédéchimie par la présente, déplore et condamne fermement ces licenciements boursiers qui n’ont pas lieu d’être, et apporte son soutien le plus total à nos syndicats dans le cadre d’actions qui pourraient être prises ultérieurement.

Fédéchimie Secrétaire général

Sur le même sujet

Plan de licenciement chez Selecta France

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

Communiqué de FEC-FO - Section fédérale du Commerce & VRP
Lors du CSE du 7 octobre 2020, la direction de Selecta France a annoncé aux membres de l’instance un plan de licenciement de 492 salariés.
La Section FO de Selecta France condamne cette annonce qui entraîne la colère et l’incompréhension (...)

Industrie : pour FO, éteindre les incendies ne suffit pas !

Economie par  Valérie Forgeront

De multiples cas l’ont encore montré récemment, les pouvoirs publics agissent souvent tels des pompiers pour tenter de sauver in extremis des sites industriels en difficulté et leurs emplois. Or, souligne FO, au-delà d’une injection de financements d’urgence au bénéfice d’entreprises qui parfois ont déjà perçu des aides publiques sans pour autant d’ailleurs que cela ne se répercute positivement sur l’emploi, les pouvoirs publics doivent s’engager dans une vraie politique industrielle. L’État en premier lieu doit davantage se faire stratège.