30 milliards d’euros

Le chiffre par Michel Pourcelot

© Pierre GLEIZES/REA

La protection sociale va être saignée de 30 milliards en cinq ans, selon la loi de programmation des finances publiques (LPFP) du 22 janvier 2018. Cible : ce que l’on appelle les administrations de sécurité sociale obligatoire (ASSO), dont le périmètre recouvre les dépenses de Sécurité sociale, de chômage, de retraite complémentaire, les budgets des hôpitaux ou encore Pôle emploi, comme dénoncé par le congrès de Force Ouvrière à Lille en avril 2018.

La Sécu est en première ligne. Dans cette LPFP 2018-2022, il est ainsi écrit : la modération des dépenses des branches vieillesse et maladie contribuera à l’objectif global de redressement des finances publiques. Le tout s’imprime au scalpel dans le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS 2019), récemment dévoilé. Affaiblie par la suppression de cotisations, la Sécu va devoir respecter les contraintes du moule : baisse de 3 points de PIB des dépenses publiques, de 1 point de PIB des prélèvements obligatoires, et de 5 points de PIB de l’endettement public.

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Lettre aux syndicats : en Force pour nos retraites

Réforme des retraites, FO dit stop ! par Yves Veyrier

Nous sommes maintenant à deux semaines du 5 décembre. « Tous les regards sont tournés vers cette date ». Et pour cause ! A la suite de la position prise par le CCN de la confédération FO, à l’unanimité, portée par la réussite du 21 septembre, « la proposition de rejoindre, par un appel interprofessionnel, la grève unie des syndicats de la RATP et des transports à compter du 5 décembre prochain » fait son chemin.

Comptes de la Sécurité Sociale quasi-équilibrés : à quel prix !

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Hier en fin de journée s’est tenue la première réunion annuelle de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, où l’on a pu enfin constater que la Sécurité Sociale n’a jamais été en danger financier : l’embellie des comptes sociaux est sans équivoque, et le régime général de la Sécurité Sociale pourrait afficher dès cette année un excédent de 2,5 milliards d’euros !