39e jour de grève à la Caixa Geral de Depositos

Banques par Evelyne Salamero

Les salariés de la Caixa Geral de Deposito, en grève depuis 39 jours, rassemblés devant l’ambassade du Portugal, à Paris le 25 mai 2018. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Au 39e jour de grève à l’appel notamment de FO, les salariés de la succursale de la banque publique portugaise CGLD, ont manifesté devant l’ambassade du Portugal le 25 mai. Ils se heurtent toujours au refus de la direction française de leur apporter des engagements sur l’avenir de leurs emplois.
En 2017, l’État portugais a obtenu de Bruxelles l’autorisation de recapitaliser la banque en échange du plan de restructuration qui menace aujourd’hui les 540 emplois de la succursale française pourtant bénéficiaire. Quelque 200 emplois et 200 agences ont déjà disparu au Portugal.
La commission de négociation élue par l’assemblée générale des grévistes, composée de délégués FO et de la CFTC ainsi que d’adhérents de la CGT, dénonce aussi les atteintes au droit de grève commises par la direction française.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Près de trois semaines de grève à la Caixa Geral De Depositos

Banques par Evelyne Salamero

Inquiets mais combatifs. Et tenaces. Dans l’attente d’un plan de restructuration dont la direction refusait encore ce 4 mai au matin de leur indiquer le contenu exact, soumis à des conditions de travail fortement dégradées, avec des heures supplémentaires non payées qui s’accumulent, 75% des salariés de la succursale française de la banque publique portugaise sont en grève depuis le 17 avril à l’appel de FO et de la CFTC.

Deux mois de grève à la Caixa Geral de Depositos : au cœur du conflit, les revendications, mais aussi le droit de grève et de négociation

Banques par Evelyne Salamero

En grève depuis le 17 avril, ils manifestaient encore devant l’ambassade du Portugal ce vendredi 15 juin. Les salariés de la succursale française de la banque publique portugaise, soutenus par FO et la CFTC, ne désarment pas et espèrent que la nomination d’un médiateur va permettre que s’ouvre enfin une véritable négociation.