Le chiffre

4 ans d’austérité, 200 ans d’histoire brésilienne partis en fumée

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Incendie au Musée national du Brésil. © Li Ming/XINHUA-REA

« 200 ans d’histoire » sont partis en fumée dans l’incendie du Musée national de Rio de Janeiro dans la nuit du 2 au 3 septembre 2018. En fait bien plus avec la perte des collections égyptienne et gréco-romaine, ainsi que du plus vieux fossile humain du continent sud-américain, la célèbre « Luzia » et ses quelque 11 500 ans, qui avaient rendu si célèbre ce musée inauguré en 1818 et l’une des figures de proue du patrimoine brésilien.

De Chicago à Rio

La catastrophe était écrite dans les murs délabrés du musée. Avec un budget divisé en deux en quatre ans, il n’avait plus les moyens de s’équiper contre les incendies, même les extincteurs faisant défaut. La vague d’austérité au Brésil avait été lancée dans le pays en 2014 quand le nouveau ministre de l’économie, formé à l’école ultralibérale de Chicago et ancien du FMI, commença à s’attaquer à l’assurance-chômage et aux pensions de réversion...