50% des enfants d’ouvriers restent dans les 10% les plus modestes

Le chiffre de la semaine par Michel Pourcelot

Les enfants d’ouvriers constituent la moitié de la catégorie des 10 % les plus modestes en France selon une étude de France Stratégie, un think tank relevant de Matignon. Publiée le 8 juillet 2018 et intitulée « Nés sous la même étoile ? Origine sociale et niveau de vie », elle s’est fondée sur l’analyse d’un échantillon de population, née en France et âgée de 27 à 44 ans, venant de l’Insee.

Les enfants des cadres sup’ restent privilégiés

Ainsi, « un enfant de cadre supérieur de cette génération a 4,5 fois plus de chances qu’un enfant d’ouvrier d’appartenir aujourd’hui aux 20 % les plus aisés et près de 20 fois plus de chances d’appartenir aux 1 % les plus aisés ». Il sont même près de la moitié des 1% les plus riches. Bref, ceux qui se lancent dans la vie avec un filet de sécurité réussissent mieux que ceux qui n’ont pas de matelas familial quand ils tombent.

Michel Pourcelot Journaliste