7 octobre 2015 - Journée mondiale de solidarité pour le travail décent : halte à la cupidité des entreprises

Communiqué de Force Ouvrière par Andrée Thomas

©Jess HURD/REPORT DIGITAL-REA

La mondialisation libérale met en évidence la cupidité des entreprises dans leur course aux profits.

Pour les salariés, ça se traduit notamment par des salaires de plus en plus bas, des emplois précaires et atypiques, des attaques répétées contre les droits collectifs, la négociation collective et la liberté syndicale. En bref, des droits qui peu à peu se réduisent comme peau de chagrin.

Les négociations en cours sur le TTIP, si elles aboutissent, donneront libre cours au diktat des multinationales et des marchés financiers qui imposeront en Europe un dumping social sans précédent, notamment en subtilisant le pouvoir de légiférer aux élus des États via les cours d’arbitrage (Analyse FO).

Force Ouvrière, en cette journée du 7 octobre célébrant la Journée Mondiale du Travail Décent, se joint à la Confédération Syndicale Internationale pour dénoncer l’avidité des entreprises. Pour FO, l’enjeu reste le même : la défense et le développement des droits , des salaires et des conditions de travail des salariés !


Les derniers communiqués Tous les communiqués

Il y a urgence sociale !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Les organisations syndicales et de jeunesse ont fait l’analyse de la situation économique et sociale qui s’annonce tendue pour les prochaines semaines et en particulier à la rentrée de septembre.

Réforme du CESE - FO s’adresse au Premier ministre

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Alors que le projet de loi organique relatif aux conditions de fonctionnement et à la composition du Conseil économique, social et environnemental (CESE) est à l’ordre du jour au Conseil des ministres, FO s’est adressée au Premier ministre.

Rétablissement de la prime Naissance

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le 25 juin 2020, la proposition de loi de M. Lurton qui consiste à rétablir le versement de la prime à la naissance au 7e mois de grossesse d’un montant de 947,32 euros, a été adoptée en première lecture à l’unanimité.