+72 %: les Français prennent froid

Le chiffre de la semaine par  Michel Pourcelot

Le nombre de Français déclarant avoir froid chez eux a augmenté de 72% entre 1996 et 2013 et ils sont 44 % de plus qu’en 2006 à se priver de chauffage à cause de son coût, selon le 22e rapport annuel de la Fondation Abbé-Pierre, L’état du mal-logement en France dévoilé le 31 janvier dernier. Une étude qui se fonde sur des chiffres issus de l’Enquête nationale Logement ou de données administratives.

Le loyer payé, reste 650 euros...

Cet hiver, ce sont 3,6 millions de personnes qui ont eu froid pour des raisons liées à la précarité énergétique, selon cette fondation : Installations défectueuse, mauvaise isolation, ces ménages se retrouvent avec des factures d’énergie excessivement chères et peuvent consacrer jusqu’à 10% de leur budget pour se chauffer. Toujours selon le même rapport, 5,7 millions de personnes consacrent plus de 35% du revenu net au coût du logement, laissant moins de 650 euros pour le reste de leurs dépenses. Pas de quoi trop faire chauffer la carte bleue, à condition d’en avoir une...

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Le chiffre aujourd’hui : 1 500 euros

Consommation par  Michel Pourcelot

Les Français ont perdu en moyenne près de 1 500 euros annuels de pouvoir d’achat en cinq ans, soit depuis 2009, selon une étude publiée le 24 septembre dernier par le magazine 60 millions de consommateurs. Principaux responsables : le logement (loyer, gaz, électricité, etc.) et la voiture (carburant, (...)

La croissance verte financée par les propriétaires

Communiqué de l’AFOC par AFOC

L’isolation thermique des façades et des toitures sera obligatoire en cas de grosse rénovation de bâtiments à usage d’habitation à compter de janvier 2017. Le décret encadrant cette mesure a été publié au journal officiel.
L’AFOC conteste cette obligation beaucoup trop pénalisante financièrement pour les (...)

Matignon – entretien bilatéral avec le Premier ministre

Communiqués de FO par Yves Veyrier

Lors de l’entretien entre la délégation confédérale FO, conduite par son secrétaire général Yves Veyrier, et le Premier ministre, consacré à un tour d’horizon général, FO a mis l’accent sur le fait que d’ores et déjà la crise sanitaire et ses conséquences économiques et sociales impactent durement les salariés.