9 mai – le gouvernement doit entendre d’urgence l’opposition exprimée contre le projet de loi Fonction publique

Communiqué de FO par Yves Veyrier

© F. BLANC

La Confédération FO se félicite de l’importante mobilisation des fonctionnaires et agents de la Fonction publique ce 9 mai.

Celle-ci exprime le rejet de l’ensemble des syndicats de la Fonction publique et doit alerter d’urgence le gouvernement sur la nécessité d’entendre l’expression syndicale et d’ouvrir, contrairement à ce qu’a annoncé ce matin le secrétaire d’État, une véritable négociation.

A ce sujet, FO constate que le gouvernement n’a même pas pris la peine d’inviter les organisations syndicales qui avaient déposé un préavis de grève, conformément à la législation, à une négociation.

Le secrétaire général de la Confédération, aux côtés des syndicats FO en tête de la manifestation à Paris, a déploré que le secrétaire d’État ne retienne de sa mission que la dimension « comptes publics », assimilant ce matin le déficit public (70 milliards d’euros) à la Fonction publique pour justifier la nécessité de nouvelles économies, oubliant les 140 milliards d’aides publiques aux entreprises, dont les 40 milliards que représente le CICE cette année !

FO note qu’à peine après que le Président de la République ait indiqué être prêt à abandonner l’objectif de suppression de 120 000 emplois, le gouvernement maintient cet objectif, le ministre du budget ayant lui-même considéré que l’objectif était tenable. Comment dans ces conditions répondre aux besoins de services publics de proximité ?

Une fois encore, pour FO, il faut cesser de réduire la Fonction publique et le service public à une dépense et le statut général à une contrainte de gestion.

Le Statut général porte droits et obligations des fonctionnaires et garantit, à ce titre, la neutralité et la continuité du Service public, donc l’égalité de traitement et l’intérêt général.

Le Service public est de ce fait un maillon indispensable à l’égalité républicaine et à la justice sociale sur l’ensemble du territoire.

C’est pourquoi FO dénonce l’élargissement du recours à des emplois contractuels, l’instauration de ruptures conventionnelles d’emplois, l’affaiblissement des instances de représentation individuelle et collective des agents et la déclinaison de la « transformation » de la Fonction publique dans le cadre des lois concernant le secteur de la santé et de l’éducation nationale.

FO appelle le gouvernement à entendre l’opposition exprimée contre le projet de loi.

 

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Réforme de l’Assurance chômage : c’est encore pire que prévu !

Communiqué de FO par Michel Beaugas

L’Unédic publie ce soir les chiffres de l’impact de la réforme de l’Assurance chômage. Et ils sont encore pires que prévu : plus d’un demandeur d’emploi sur deux va être impacté par la réforme, 9% des demandeurs d’emploi vont être exclus du système d’indemnisation, 12% d’entre eux verront leur indemnisation retardée, et 16% verront le montant de leur allocation baisser de près de 20% en moyenne, et pour certains jusqu’à 50% !

Oui, il faut se syndiquer !

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Frédéric Souillot, Marjorie Alexandre

C’est le sens du message que Jacques Toubon, Défenseur des droits, et Karen Curtis, représentante de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), ont conclu la matinée de présentation du 12e Baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi, consacrée aux discriminations syndicales réalisée avec la participation de Force Ouvrière.

Travailleurs du numérique : Californie 1 – France 0

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Serge Legagnoa

Dans son édition du 18 septembre 2019, le journal Le Monde publie un article intitulé « Une Sécurité sociale pour les travailleurs du numérique ». En effet, en Californie, berceau de l’innovation du XXIe siècle pour le meilleur et pour le pire, des milliers de travailleurs précaires des plateformes numériques (VTC Uber, Uber Eats, Amazon Flex, etc.) seraient requalifiés comme employés au 1er janvier 2020 et bénéficieraient dès lors de droits syndicaux et sociaux !