95 jours : pour le RSA, les droits peuvent attendre…

Le chiffre par  Michel Pourcelot

© Jean-Claude MOSCHETTI/REA

Les bénéficiaires du RSA attendent en moyenne 95 jours, soit plus de 3 mois, avant d’être accompagnés, du moins orientés vers un « parcours d’insertion », d’après une étude sur 2018 publiée le 2 octobre 2019 par la Drees, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques. Ensuite, 58 jours en moyenne sont encore nécessaires avant la signature d’un « contrat d’engagement réciproque ». 5 mois au total.

Tandis que fond Pôle emploi…

Pourtant l’accompagnement, comme l’allocation, est un droit accordé en contrepartie de « devoirs », la loi obligeant le bénéficiaire du RSA à rechercher un emploi, entreprendre les démarches nécessaires à la création de sa propre activité ou entreprendre les actions nécessaires à une meilleure insertion sociale ou professionnelle. Les effectifs de Pôle emploi n’en ont pas moins fondu ces dernières années. De nouvelles suppressions de postes, 800 postes sur 50 000, était même prévues par le projet de loi de finances pour 2019, mais, en juin dernier, le gouvernement a dû les suspendre et procéder à mille embauches en… CDD. Réaction, le 7 octobre dernier, de FO Pôle emploi à ce « tour de passe-passe » : au regard du turn over du personnel dans Pôle emploi, rien ne s’oppose à l’embauche de ces 1 000 futurs collègues en CDI, d’autant qu’environ 600 postes ont été supprimés depuis début 2018.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

1,88 million de bénéficiaires du RSA

Le chiffre par  Michel Pourcelot

Le nombre de personnes percevant le RSA s’élevait à 1.883.800 million fin 2017, selon une étude de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) publiée le 7 mars 2019.

Aide sociale : une compétence qui coûte cher aux départements

Service Public par  Valérie Forgeront

Les dépenses d’aides sociales des départements ne cessent d’augmenter au fil des années indique la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) dans son étude annuelle sur ce thème. Or ces dépenses notamment celles relatives au RSA pèsent sur les budgets fragiles des collectivités territoriales.