La mauvaise réponse du gouvernement

Communiqué de l’Union Interfédérale des Agents de la Fonction publique - FO par Fonctionnaires

La ministre de la Fonction publique vient d’annoncer la déclinaison de mesures d’allègements de cotisations des salariés du secteur privé pour les fonctionnaires.

Les allégements proposés porteraient sur la réduction de la retenue pour pension civiles et les cotisations retraites (fonctions publiques territoriale et hospitalière) à compter du 1er mai 2015.

Ces allègements devraient être différenciés et dégressifs au regard de la rémunération indiciaire. D’après le gouvernement, 100 % des agents de catégorie C, 70 % de catégorie B, 20 % de catégorie A bénéficieraient de cette mesure soit environ 2,2 millions de fonctionnaires.

Après le rejet massif de la politique d’austérité qui s’exprime de plus en plus chaque jour, pour Force Ouvrière, ce n’est pas la bonne réponse aux revendications des agents telles qu’exprimées le 15 mai.

FO rappelle son opposition globale à la baisse des cotisations ou retenues qui mettent en grande difficulté la protection sociale.

De même, cette proposition va encore réduire les ressources de la CNRACL, déjà victimes de prélèvements effectués au titre de la solidarité entre les régimes de retraite.

Quand on ajoute les mesures sur la grille indiciaire de la catégorie C (470 millions sur deux ans) et le budget alloué à l’allègement des cotisations (environ le même montant), on constate que la valeur du point d’indice pouvait être augmentée a minima d’au moins 0,5 %, ce qui, mécaniquement, aurait maintenu la valeur des droits à pension.

Le gouvernement, à tous les niveaux, préfère alléger le coût du travail et affaiblir notre salaire différé.

Pour Force Ouvrière, la vraie réponse à l’augmentation du pouvoir d’achat est le rattrapage des pertes subies ces dernières années, c’est :

  • Augmentation de 8 % de la valeur du point d’indice et attribution de 50 points d’indice uniforme sur la grille ;
  • Augmentation du même niveau pour les non-titulaires ;
  • Refonte et revalorisation de la grille indiciaire ;
  • Intégration des primes dans le traitement.

Fonctionnaires Secrétaire général

Sur le même sujet

Yves Veyrier, Secrétaire général de FO : « Il faut maintenir les services publics de proximité et arrêter de dénigrer les fonctionnaires »

France 3 le 5 février 2019 par Yves Veyrier

« Les fonctionnaires sont les grands oubliés en matière de salaire. Il n’y a pas d’augmentation du point d’indice. Ça va faire la 8e année en 10 ans qu’il y a un gel de l’augmentation des salaires des fonctionnaires. Là où le gouvernement incite les entreprises à verser une prime exceptionnelle, lui, dit aux fonctionnaires vous n’en aurez pas ! », Yves Veyrier, secrétaire général de Force Ouvrière.

FO ne signe pas le projet d’accord sur les carrières

Fonction publique par Valérie Forgeront

Les fédérations de fonctionnaires FO ont annoncé ce lundi 21 septembre leur décision de ne pas signer le projet d’accord sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR) proposé aux syndicats par le ministère de la fonction publique.

Fonctionnaires : FO demande de véritables négociations salariales

Service Public par Valérie Forgeront

Le gouvernement entend-il les revendications salariales des fonctionnaires ? Non point et c’est ce qui a conduit les neuf organisations du public dont FO à réitérer le 5 novembre, à l’issue d’une « réunion de suivi » du rendez-vous salarial de l’été dernier, leur exigence de mesures « positives » de revalorisation.

Sale coup pour le dialogue social

Fonction Publique par Valérie Forgeront

Pour FO, la décision du gouvernement sur le projet PPCR est un sale coup pour le dialogue social
Le Premier ministre, M. Manuel Valls vient d’annoncer ce 30 septembre la décision unilatérale du gouvernement d’appliquer à la fonction publique (État, territoriale, hospitalière) les termes du projet d’accord sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR), texte qui rejeté, par trois syndicats (FO, CGT, Solidaires), n’a pas recueilli une approbation syndicale majoritaire.