Altia : Vente suspecte

Communiqué de FO Métaux par Métaux

La Fédération FO Métaux s’inquiète du méli-mélo financier qui s’opère actuellement dans le groupe Altia.

Pour FO Métaux, cet équipementier automobile a présenté le vendredi 11 avril en Comité d’Entreprise, un projet de vente pour les cinq usines d’emboutissage avec une incohérence puisqu’à la grande surprise du syndicat FO, la cession était définitive le lendemain même !

La procédure et la façon de faire sont inadmissibles. En effet, un groupe ne peut pas jouer avec ses salariés, d’autant que la cession, soi-disant faite à la société Transatlantic Industries American Industrial Acquisition Corporation (AIAC) appartenant à l’actionnaire américain M. Leonard Levie, laisse entrevoir de nombreuses incohérences quant au véritable repreneur.

Par le passé, la Fédération FO Métaux était déjà intervenue pour sauver cet équipementier repris à l’époque par Altia pour être aujourd’hui revendu d’une façon plus qu’étrange. Face à ce constat, FO Métaux a sollicité d’urgence un rendez-vous auprès de Bercy, en sachant que l’État, par le biais de la banque publique d’investissement (BPI) détient 20% du capital d’Altia.

Depuis ce matin, le site de Bessines (Haute-Vienne) est en grève à l’appel du syndicat FO qui demande une clarification face à cette vente douteuse afin de défendre le groupe et ses salariés. FO Métaux souligne, une fois de plus, le manque d’information réel vis-à-vis des instances représentatives du personnel (IRP).

FO Métaux demande aux principaux clients de cet équipementier automobile, à savoir Renault et PSA, d’intervenir afin de protéger les intérêts de notre industrie.

 Voir en ligne  : FO Métaux - Site internet

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

En discussion au Sénat, la loi Macron empire

Emploi et Salaires par Mathieu Lapprand

Bonne nouvelle : le travail répétitif n’est plus pénible. Tel est le sens d’un amendement à la loi Macron, adopté par le Sénat, qui l’a retiré des facteurs de pénibilité pris en compte depuis le 1er janvier. Une saillie pro-patronale de plus dans un texte qui n’en manquait pas.
À la suite du passage en (...)

Jean-Claude Mailly. « Macron doit choisir entre passage en force et concertation »

Humanité Dimanche le 2 juillet 2017 par Jean-Claude Mailly

« S’il estime que, pour l’instant, le gouvernement est prêt à la discussion, le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, prévient que, au final, ce qui comptera, c’est de savoir si les syndicalistes ont été entendus. Il fixe des limites à ne pas franchir ­ maintien et primauté des accords de branche, pas d’instauration d’un référendum d’entreprise à l’instigation de l’employeur ­ mais se montre ouvert à une évolution des instances représentatives du personnel... sous conditions. » L’Humanité Dimanche