Belgique : risque d’exclusion de 50000 personnes de l’assurance chômage

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°20 par Secteur Europe - International

Un an après la réforme de l’indemnisation du chômage en Belgique qui a accru la dégressivité des allocations : le premier bilan est inquiétant. Avec la réforme, seuls les trois premiers mois de chômage sont mieux indemnisés. Les chômeurs ont majoritairement vu leurs allocations baisser et la réforme n’ayant pas encore produit tous ses effets, le nombre de personnes touchées devrait encore augmenter, et les allocations diminuer de façon plus importante, bien que le chômage se soit stabilisé en 2013 à 8,4% pour l’ensemble de la Belgique.

Surtout, la réforme limite à trois ans le bénéfice des droits à des allocations d’insertion. Et selon la FGTB, cette échéance va priver 50 000 personnes de toute indemnisation à partir de janvier 2015. 15 000 personnes se sont rassemblées le 10 mars dans plusieurs villes de Belgique à l’appel de la FGTB contre l’exclusion des chômeurs.

Pour la FGTB « cette réforme n’est pas seulement injuste, elle est aussi complètement absurde. Elle ne fera que diminuer artificiellement les chiffres du chômage en ne créant strictement aucun emploi. » La centrale syndicale belge ajoute que « rien n’empêche le gouvernement de renoncer à cette mesure. Il a le pouvoir d’abroger la limitation des allocations d’insertion dans le temps. Il n’y a aucune honte à reconnaître ses erreurs et à ne pas foncer tête baissée vers une explosion sociale sans précédent. »

P.-S.

Sur le même sujet

Chômage : bataille des chiffres et de communication

Economie par Valérie Forgeront

Quels sont les vrais chiffres du chômage ? Le débat s’est réinstallé au cœur de l’été. Certains retiennent les données de Pôle emploi basées sur le nombre d’inscrits. D’autres, tel l’exécutif, préfèrent celles de l’Insee établies au sens du BIT (Bureau international du travail), selon enquête auprès d’un panel (...)

Qui veut la mort du paritarisme ?

Revue de presse par Michel Pourcelot

Projets de suppression de cotisations sociales et piques contre les syndicats abondent ces derniers temps notamment du côté de quelques actuels favoris des élections présidentielles, suggérant des chocs radicaux. Aperçus dans la presse.