Pour FO, c’est non, trois fois non !

Communiqué de la FNEC FP-FO par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Le projet de décret portant création du label « campus des métiers », élément de la loi de refondation de l’école, vient d’être soumis au vote du Conseil Supérieur de l’Education (CSE) le 12 juin, du Conseil National de la Formation professionnelle Tout au Long de la Vie (CNFPTLV) le 13 juin, du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER), le 23 juin.

Pour le SNETAA-FO, premier syndicat des professeurs de lycée professionnel, comme pour sa Fédération, la FNEC FP-FO, le campus des métiers :

 est une véritable machine à détruire les postes d’enseignants titulaires, à précariser les personnels enseignants et à menacer leur statut par l’introduction de l’apprentissage ;

 marque le renoncement de l’Education nationale à assurer la formation initiale des jeunes en favorisant la mixité des parcours (les jeunes débutant avec le statut d’élève et se poursuivant comme apprenti ou l’inverse) ;

 désorganise la formation avec la « mixité des publics », en mélangeant dans la même classe, des élèves, des apprentis, des adultes en formation…

 permet l’utilisation des établissements publics et de leurs machines par des entreprises privées.

La FNEC FP-FO, ses syndicats et la Confédération Force Ouvrière attachés au caractère national de l’enseignement et des statuts de ses personnels n’ont pas voté la loi Peillon, synonyme de territorialisation de l’école avec la remise en cause des rythmes scolaires et la régionalisation de l’enseignement professionnel.

C’est pourquoi

 Le 12 juin au CSE, la cgt-FO et la FNEC FP-FO ;

 Le 13 juin au CNFPTLV, la cgt-FO ;

 Le 23 juin au CNESER, la cgt-FO, le SNPREES-FO et Autonome Sup FO ont voté contre le projet de décret sur le campus des métiers.

La FNEC FP-FO réitère sa volonté de défendre la spécificité des lycées professionnels, du corps des professeurs de lycée professionnel et de préserver le droit de tous les jeunes à y accéder pour préparer des diplômes nationaux reconnus dans les conventions collectives et les statuts.

Elle s’oppose à la loi Peillon et à la loi sur la formation professionnelle que le gouvernement est en train de mettre en place avec le Medef et les Régions. La FNEC FP-FO et ses syndicats ne s’associeront d’aucune manière à leur mise en oeuvre.

 Voir en ligne  : FNECFP-FO - Site Internet

Sur le même sujet

Ecoles maternelles : grève des agents territoriaux spécialisés

Mobilisation par Evelyne Salamero

Pour la deuxième fois en un mois et demi, les Atsem (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) étaient en grève ce 1er février, et ont organisé des rassemblements à Paris et en province, à l’appel de FO, de la CGT et de la FAFPT (fédération autonome). Ces fonctionnaires territoriaux, des femmes à 99%, assistent quotidiennement les enseignants. Elles revendiquent notamment un poste à temps complet par classe.

Au lendemain d’une grève majoritaire dans les collèges, publication au JO de la réforme

Communiqué de la FNEC FP-FO - SNFOLC par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Une provocation Non, cette réforme, nous n’en voulons pas !
C’est un fait, en dépit de la campagne médiatique et du soutien forcené de l’UNSA et de la CFDT à la ministre, la grève était majoritaire dans les collèges hier. Le gouvernement a donc choisi le passage en force en publiant la réforme du collège (...)