Entre Militants

Congrès UD FO 30 | Dans le Gard, se développer pour combattre l’austérité

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

Quelque 140 militants, dont une centaine de délégués représentant 67 syndicats, ont participé au 28e congrès de l’Union départementale FO du Gard, qui s’est tenu à Nîmes le 21 juin. Pendant plus de deux heures, une vingtaine de responsables de syndicats sont intervenus à la tribune, sous la présidence du Secrétaire confédéral Pascal Pavageau, pour dénoncer les effets de l’austérité –plans sociaux, dégradation des services publics, remise en cause des acquis–, mais aussi pour souligner l’impérieuse nécessité, en particulier dans ce contexte, de développer le syndicalisme indépendant. À l’issue de la discussion, les congressistes se sont unanimement prononcés pour le retrait du pacte de responsabilité, avec les 54 milliards d’économies sur les dépenses publiques qui l’accompagnent. Une « telle saignée serait catastrophique pour un département dont l’activité industrielle et agricole se dégrade sans arrêt depuis plus de vingt-cinq ans », ont-ils souligné.

36% des allocataires de la CAF perçoivent un minimum social

De fait, le rapport d’activité, adopté à l’unanimité et présenté par le Secrétaire général Gilles Besson (réélu), a permis de dresser un état des lieux sans équivoque. Aujourd’hui, le taux de chômage dans le Gard dépasse largement la moyenne nationale (14,5% contre 9,8%, avec des pointes à 16,8% sur le bassin Alésien et à 19,6% à Bagnols-sur-Cèze) et la pauvreté touche déjà près de 20% de la population (contre 15% nationalement). Pas moins de 36% des allocataires de la CAF du Gard perçoivent au moins un minimum social... La projection de tendance à long terme et à législation constante aboutit à 144 000 allocataires de la CAF d’ici à 2017. « Alors, il vaut mieux ne pas imaginer ce qu’il en sera en conséquence du pacte de responsabilité et de ses 54 milliards de baisse des dépenses publiques », commente le rapport d’activité.

Multiplication des diffusions et des permanences, poursuite du renforcement du secteur juridique et de la formation syndicale, en particulier pour les salariés isolés... Alors que FO est déjà la deuxième organisation syndicale dans le département depuis les élections dans la fonction publique en 2011 et que neuf unions locales ont déjà vu le jour ou ont été réactivées ces trois dernières années, les militants ont clairement fait savoir qu’ils n’en resteraient pas là. Leur objectif : que FO gagne la première place.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Evelyne Salamero

Journaliste - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément