Peu de crédit à l’avenir

Consommation par  Michel Pourcelot

Cela faisait un quart de siècle qu’il n’y avait jamais eu aussi peu de Français détenant un crédit. En fait depuis la création de l’Observatoire des crédits aux ménages, l’OCM, en 1989. Dans une étude réalisée en novembre 2013, ce dernier établit que seuls 47,6% des Français, soit 27,5 millions de ménages, détenaient encore un crédit contre 51,8% en 2008. Depuis la chute a été constante, sans que la baisse des taux puisse l’enrayer. Que ce soit dans le domaine des prêts immobiliers, des crédits à la consommation ou pour acquérir un véhicule. En matière de prêts à la consommation, il s’agit également du taux le plus bas depuis vingt-cinq ans. Les crédits auto ont, par exemple, chuté de 3,6% depuis 2009. C’est dans l’immobilier que la baisse est la moins importante, surtout en raison de la baisse des taux de crédit et de l’allon­gement des durées d’emprunt.

Une autre étude, réalisée par l’Observatoire Bourse des Crédits/Pol­ling Vox sur les se­niors et les crédits, indique que 51% des plus de 60 ans ont eu un crédit à la consommation, con­tre 37% des 50-59 ans et 41% des 35-49 ans. Mais surtout, que seulement... 5% d’entre eux ont l’intention d’en reprendre un autre. Quant aux 50-59 ans, ils ne sont que 8% à l’envisager. Les vieux jours ne se voient pas en rose. Toutefois, Hervé Mondange, juriste pour l’Afoc, estime que le crédit à la consommation, qu’il soit renouvelable ou affecté (à un bien ou à un service), ou bien sous forme de prêt personnel, peut être pertinent, mais il souligne que la fameuse règle des 33% d’endettement est soutenable pour un cadre supérieur mais pas pour un bénéficiaire du RSA. Idem pour les crédits revolving, ou crédits renouvelables, qui ne devraient être utilisés que par des consommateurs disposant de revenus importants. En 2013, ce type de crédit a été présent dans près des trois quarts des dossiers de surendettement, qui, lui, est en hausse.

 Voir en ligne  : AFOC - Associations FO Consommateurs - Site

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

1er Mai : les salaires à la une des revendications

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

La question du pouvoir d’achat est socialement essentielle parce qu’elle répond à un besoin. Aujourd’hui, les négociations salariales sont difficiles, qui plus est en période d’inflation nulle et l’accent mis sur la réduction du coût du travail accentue la difficulté. Par ailleurs, les écarts en (...)

[Le Mot] « Allocations »

Protection Sociale par  Michel Pourcelot

Familiales, de logement, de chômage, de solidarité aux personnes âgées... les allocations, plus familièrement appelées les allocs, appartiennent au champ de ces prestations sociales qui, selon l’Insee, ont pour but de « réduire la charge financière que représente la protection contre divers risques ».

Allocation personnalisée d’autonomie : les personnes éligibles encore insuffisamment informées

Retraite par Union Confédérale des Retraités-FO

Dans quelle mesure connaît-on les prestations auxquelles on peut avoir droit ? Une étude de la Drees vient de démontrer que si le déficit d’information, difficile à estimer, sur les aides sociales ne constitue pas le seul facteur de non-recours aux prestations, il n’en demeure pas moins l’une des « causes majeures ».