Pour l’Impôt républicain, juste, progressif et redistributif

Document FO sur la fiscalité par Pascal Pavageau

Le 14 mai, Jean-Claude Mailly, Secrétaire général de Force Ouvrière, a présenté à la presse le document FO intitulé « Pour l’impôt républicain, juste, progressif et redistributif ».

Celui-ci rassemble les analyses, positions et revendications de Force Ouvrière en matière de fiscalité.

Rééquilibrer la structure fiscale en donnant plus de poids à la fiscalité directe et notamment l’IR (impôt sur le revenu), améliorer la progressivité et le rendement de celui-ci ; les positions de FO sur l’impôt sur les sociétés, la fiscalité locale et la fiscalité dite environnementale ; pourquoi FO est opposée à la fusion IR-CSG et à un prélèvement de l’IR à la source ; rappeler les missions de l’Impôt et redonner du sens à la fiscalité ; etc.

Ces revendications ont notamment été portées lors de la concertation des « assises de la fiscalité des entreprises » et du « groupe de travail sur la fiscalité des ménages » entre février et avril 2014.

Force Ouvrière regrette que ces travaux aient été bridés par le gouvernement qui n’en a donné aucune conclusion ni suite. D’une « remise à plat » annoncée, ce n’est même pas une « mise à plat » qui a été faite. Tout juste le temps de mettre les pieds dans le plat.

C’est pourquoi Force Ouvrière revendique une réflexion fiscale d’ensemble (intégrant y compris la fiscalité indirecte) permettant une véritable réforme fiscale pour plus de justice et de redistribution.

Une version du document FO est accessible et téléchargeable sur le site http://www.force-ouvriere.fr

 Voir en ligne  : Pour l’impôt républicain, juste, progressif et redistributif mai 2014 [PDF]

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Plafonnement des indemnités prud’homales : le Comité Européen des Droits Sociaux donne raison à FO !

Communiqués de FO par Branislav Rugani, Patricia Drevon, Secteur Europe - International, Secteur juridique

Suite à la réclamation collective déposée par FO en 2018, le Comité européen des droits sociaux (CEDS) a enfin rendu sa décision, comme l’a révélé Le Monde vendredi dernier. Il a reconnu que le plafonnement des indemnités prud’homales violait l’article 24 de la Charte sociale européenne (droit à une indemnité adéquate ou à une réparation appropriée).