Quelles cadences pour les rythmes scolaires ?

Éducation nationale par Jamel Azzouz

Le ministre de l’Éducation nationale, Benoît Hamon, a annoncé le 25 avril sur RTL des assouplissements de la réforme des rythmes scolaires dans les écoles. Ceux-ci devraient figurer dans un décret devant être présenté officiellement dans le courant du mois de mai. Son objectif serait d’offrir la possibilité aux maires « d’alléger la semaine » de cours à 23 heures, au lieu des 24 heures actuelles. Ce qui permettrait aux maires d’utiliser les 36 heures ainsi dégagées via un « allongement du temps de travail des professeurs des écoles… au détriment des vacances scolaires », et de « concentrer » par là même les « activités périscolaires sur une seule demi-journée » de trois heures. Le ministre a précisé enfin que la réforme sera bien en place à la rentrée 2014 en fixant un cadre réglementaire qui « devra s’adapter aux expérimentations sur le terrain ».

FO « JUGERA SUR PIÈCES »

Craignant une « dislocation du cadre républicain », Hubert Raguin (FNEC FO) souligne que la réduction du temps d’enseignement hebdomadaire aux dépens des congés scolaires « resterait inacceptable, aggraverait la situation et remettrait en cause les garanties statutaires nationales des profs ». Des garanties qui plus est menacées par le refus du gouvernement de rouvrir les discussions sur l’annualisation de la durée de service des enseignants du premier degré et du second degré (voir FO Hebdo n°3113). « Face à notre demande de remise à plat de cette autre réforme formulée lors d’un entretien le 24 avril avec lui, M. Hamon nous a répondu qu’il lui serait difficile politiquement d’accéder à notre revendication bien que les décrets en question n’aient pas encore été publiés », déplore Hubert Raguin. Et de prévenir : « FO jugera sur pièces en fonction des décisions et propositions du nouveau ministre. »

Jamel Azzouz Journaliste

Sur le même sujet

Fonction publique d’État : une première place confortée

Service public par  Valérie Forgeront

Le verdict des urnes est clair : FO reste la première organisation dans la fonction publique d’État, avec 17 % des suffrages, soit une progression de 0,4 % par rapport à 2011. L’organisation devance ainsi dix syndicats dont la FSU – par un écart de 1,4 % –, en repli de 0,2 %. FO prend aussi de la distance (...)

Les enseignants en grève plutôt deux fois qu’une

Service Public

Les agents de l’État, hospitaliers et territoriaux confirment leur appel à la grève et à des manifestations contre l’austérité le 26 janvier à l’initiative de trois syndicats : FO, CGT et Solidaires.