Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Emploi | Le gouvernement sort Caddie de l’ornière

Toute l’actualité par Clarisse Josselin

Pour éviter le dépôt de bilan, la Banque publique d’investissement (BPI) va injecter 5 millions d’euros dans les caisses d’Altia, maison-mère du fabricant de chariots de supermarché Caddie.

L’usine de Drusenheim (Bas-Rhin), 420 salariés, est presque à l’arrêt depuis plusieurs jours. Faute de trésorerie, les fournisseurs ne sont plus payés et les salariés manquent de matières premières pour fabriquer les célèbres chariots.

NOUVELLE DIRECTION

Craignant pour leur avenir, ils se sont mis en grève le 20 mai à l’appel d’une intersyndicale dont FO. Pour garantir la pérennité du site alsacien, ils demandaient l’intervention de l’État, actionnaire à hauteur de 20% dans le capital de la maison mère Altia. Ils ont été entendus.

Une partie de la somme ira dans les comptes de Caddie, l’autre dans ceux du groupe Altia (3 000 salariés). En échange, l’État avait exigé le changement de direction. C’est chose faite depuis le 4 juin, avec la nomination à la direction générale d’Altia de Michel Rességuier, spécialiste des entreprises en difficulté.

« La grève du 20 mai a accéléré les choses, les 5 millions d’euros sont actés, mais les fonds ne sont pas encore débloqués et il y a urgence, précise Céline Goehringer, déléguée FO chez Caddie. Le carnet de commandes est plein pour les cinq semaines à venir, pour un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros. Tous les salariés sont sur place prêts à travailler, mais on manque de matériel pour produire et on creuse le retard. »

À la suite de problèmes de trésorerie, l’entreprise, qui fournit 70% du marché français, avait déjà été placée en redressement judiciaire en 2012 et rachetée par Altia.« »

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Industrie : pour FO, éteindre les incendies ne suffit pas !

Economie par  Valérie Forgeront

De multiples cas l’ont encore montré récemment, les pouvoirs publics agissent souvent tels des pompiers pour tenter de sauver in extremis des sites industriels en difficulté et leurs emplois. Or, souligne FO, au-delà d’une injection de financements d’urgence au bénéfice d’entreprises qui parfois ont déjà perçu des aides publiques sans pour autant d’ailleurs que cela ne se répercute positivement sur l’emploi, les pouvoirs publics doivent s’engager dans une vraie politique industrielle. L’État en premier lieu doit davantage se faire stratège.

Ascometal : FO revendique un plan stratégique industriel

Emploi par Evelyne Salamero

Rebelote. Comme il y a trois ans, en 2014, Ascometal a de nouveau déposé son bilan. L’État a promis de trouver un repreneur. Cela ne sera jamais que le quatrième depuis 2001. FO Métaux revendique que soit enfin élaboré un « plan stratégique industriel adapté et réaliste ».