Exercice du mandat pendant un arrêt de travail : il faut demander une autorisation au médecin traitant !

Article publié sur le site internet FO Métaux par Métaux

La Cour de cassation vient d’apporter une précision inédite, dans un arrêt du 21 mars 2014 (Cass. Soc. 12-20.002, 12-20.003). La Haute juridiction a décidé que l’indemnisation par l’employeur des heures de délégation prises pendant un arrêt de travail pour maladie est subordonnée à l’autorisation préalable, par le médecin traitant, de l’exercice de cette activité.

La Cour de cassation vient d’apporter une précision inédite, dans un arrêt du 21 mars 2014 (Cass. Soc. 12-20.002, 12-20.003).

La Haute juridiction a décidé que l’indemnisation par l’employeur des heures de délégation prises pendant un arrêt de travail pour maladie est subordonnée à l’autorisation préalable, par le médecin traitant, de l’exercice de cette activité.

La situation n’était effectivement pas très claire en droit. Résumons :

 D’un côté, on savait que l’arrêt maladie (professionnel ou non) ne suspend pas le mandat de représentant du personnel. Par conséquent, les élus ou les représentants syndicaux en arrêt doivent continuer à être convoqués aux réunions de leur instance, peuvent circuler librement dans l’entreprise et prendre leur crédit d’heures de délégation.

 Mais de l’autre côté, on savait également que la caisse de sécurité sociale peut retenir tout ou partie des indemnités journalières si le salarié exerce une activité non autorisée par le médecin pendant son arrêt maladie.

Comment concilier ces deux règles ? Réponse de la Cour de cassation : dans la pratique, il faudra que le représentant demande à son médecin traitant une autorisation expresse d’exercer son ou ses mandats pendant l’arrêt maladie. A défaut d’une telle autorisation, il faudra faire jouer les règles de suppléance, au risque de perdre le bénéfice des indemnités journalières et du paiement des heures de délégation…

 Voir en ligne  : FO Métaux - Site internet

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

De nouvelles règles de portabilité des garanties prévoyance depuis le 1er juin 2015

Lettre @ Secteur Retraites du 19 juin 2015 – n°89 par Secteur Retraites

La loi du 14 juin 2013 dite de « sécurisation de l’emploi » a généralisé à tous les employeurs l’obligation de maintenir, à titre temporaire et gratuit, la couverture collective frais de santé et prévoyance à l’égard de tout ancien salarié dont la rupture du contrat de travail ouvre droit à une prise en (...)