FO Hebdo n°3114 du 16 avril 2014

Spécial impôts 2014

Nombre de parts, situation familiale, revenus, charges, crédits d’impôt, réductions, calcul de l’impôt. Toutes les nouvelles mesures

 Nouvelles mesures ....... p. 6
 Déclaration préremplie : vos questions ....... p. 8
 Adresse, état civil, audiovisuel public ....... p. 10
 Situation de famille ....... p. 10
 Demi-parts supplémentaires ....... p. 12
 La fameuse case “T” ....... p. 12
 Enfants mineurs et autres personnes à charge ....... p. 13


 Enfants majeurs célibataires, mariés ou pacsés ....... p. 13
 Revenus d’activité, traitements, salaires ....... p. 14
 Sommes perçues en fin d’activité ....... p. 16
 Allocations chômage ou de préretraite ....... p. 18
 A propos du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu ....... p. 19
 Déduction des frais professionnels ....... p. 20
 La prime pour l’emploi ....... p. 23
 Pensions, retraites, rentes viagères, y compris pensions alimentaires ....... p. 26
 Revenus de capitaux mobiliers ....... p. 27
 Plus-values et gains divers ....... p. 28
 Revenus fonciers ....... p. 29
 Charges à déduire du revenu ....... p. 30
 Déductions diverses ....... p. 31
 L’épargne retraite ....... p. 32
 Charges ouvrant droit à réduction/crédit d’impôt .... p. 35
 Le calcul de l’impôt ....... p. 41
 Vos relations avec l’administration fiscale ....... p. 44
 Le paiement ....... p. 45

 Voir en ligne  : Spécial impôts 2014 [PDF]

Sur le même sujet

L’interview éco : Jean-Claude Mailly

France Inter | Samedi 6 décembre 2014 par Jean-Claude Mailly

Réactions du Secrétaire général de Force Ouvrière face aux mouvements de colère des chefs d’entreprises et les différentes remises en questions qui s’expriment autour des nouveaux dispositifs fiscaux et sociaux. Commentaires de Jean-Claude Mailly sur les premiers résultats des élections du 4 décembre dans la Fonction publique.

CICE : effet nul sur les salaires

Observation par Valérie Forgeront

Une étude de la Dares publiée en janvier constate que le crédit d’impôt CICE, dont bénéficient les entreprises depuis 2013, n’a pas conduit les employeurs à augmenter les bas salaires, déjà plombés par une quasi-absence de revalorisation du Smic.