Hôpitaux de Marseille : suppression de 1 040 postes !

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé FO par Services publics et de Santé

Article publié dans le cadre de la campagne 9 avril 2015 : Grève interpro­fessionnelle

FO dénonce un plan social qui préfigure le plan d’économie de 3 milliards d’euros imposé aux hôpitaux.

L’accumulation des déficits à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-­HM) a conduit la direction de l’établissement à élaborer un contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) : suppression de 1 040 postes (10 % de l’effectif) en 3 ans, suppression de 200 lits (après une perte estimée entre 700 et 1 000 lits en 10 ans).

Le CREF vise à réaliser 55 millions d’euros d’économies sur 3 ans par notamment une baisse des effectifs et 30 millions de recettes supplémentaires.

Avec le syndicat FO de l’AP‐HM et la fédération, les personnels dénoncent ce véritable plan social qui, de l’avis même des médecins, est de nature à mettre en danger la qualité des soins. Ces suppressions de postes et de moyens dégraderont les conditions de travail, le service rendu aux usagers, la capacité pour l’établissement de remplir ses obligations universitaires.

Par ailleurs, FO doute de la possibilité de réaliser 30 millions d’euros de recettes supplémentaires, alors que les tarifs de la T2A (tarification à l’activité) baissent de 1 % en 2015. Ce « manque à gagner » obligerait l’établissement à réaliser des économies supplémentaires par une réduction plus importante des effectifs.

La fédération soutient pleinement les initiatives prises par son syndicat FO AP-HM notamment dans le cadre intersyndical pour s’opposer à ce CREF.

« Ça suffit » !

Pour FO, ce CREF répond à la logique du plan d’économies de 3 milliards d’euros de la Ministre et préfigure ce qui va se passer dans les hôpitaux. Cela confirme la programmation de 22 000 suppressions de postes.

Le gouvernement doit prendre la mesure des conséquences graves du plan de réduction des dépenses publiques (50 milliards entre 2015 et 2017) dont celui appliqué aux hôpitaux qui sert à financer le pacte de responsabilité (41 milliards de baisse des charges et d’impôts accordés aux entreprises).

FO confirme son opposition à cette logique et réaffirme que ce plan d’économie doit être abandonné. S’agissant des hôpitaux, à Marseille comme ailleurs, il faut annuler leurs dettes et leur octroyer des crédits complémentaires.

Il s’agit d’une nouvelle illustration du bien fondé de l’appel à la grève interprofessionnelle et aux manifestations du 9 avril 2015.

 Voir en ligne  : Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé FO

Services publics et de Santé Secrétaire général

Tous les articles de la campagne

Valls fait monter la température sociale à 49,3°

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

Par tous les moyens, le gouvernement veut détruire les droits des travailleurs. C’est de l’acharnement thérapeutique libéral pour faire passer une loi des plus rétrogrades qui nous renverra au XIXe siècle, à l’époque où les salariés du commerce n’avaient pas accès aux Prud’hommes, n’avaient pas de repos (...)

Le 9 avril, se faire entendre par le gouvernement

L’Éditorial de Jean-Claude Mailly par Jean-Claude Mailly

Après une accalmie au mois de janvier, les chiffres du chômage sont repartis à la hausse en février (+ 0,4 %, soit 12 800 chômeurs supplémentaires dans la catégorie A).
Cela montre que même s’il y a, selon le gouvernement, quelques indicateurs économiques qui frémissent, cela ne se traduit pas par une (...)

Tract 9 avril 2015

9 avril 2015 : Grève interpro­fessionnelle par Mathieu Lapprand

Pour des augmentations de salaire
Pour une amélioration des conditions de travail
Pour consolider la Sécurité sociale et les régimes sociaux (retraite, chômage, etc.)
Pour un service public républicain répondant aux valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité [...]

2015, il n’y en a que pour les femmes !

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

2015, c’est l’année de la Femme, elles sont à la fête et comme chaque année, il y a la fameuse journée de la Femme.
Non seulement, des discours démagogiques vont pleuvoir toute la journée du 8 mars, remplis de bonnes intentions et de promesses qui nous permettront d’attendre le 8 mars 2016 pour (...)