Isolement des personnes âgées : le sourire de Monalisa ne peut pas tout

Actualité Retraites - FO n°68

En 2012, Michèle Delaunay, Ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie initie une réflexion pour la création d’une mobilisation contre l’isolement des âgés à travers la mise en place d’un groupe de travail animé par Jean-François Serres, Secrétaire général des petits frères des Pauvres.

Ce rapport, rendu le 12 juillet 2013, concrétisait les réflexions d’un groupe de travail réunissant des associations, l’Assemblée des départements de France, les maires de France et de nombreuses fondations, mais sans les organisations syndicales. Dans la foulée, une expérimentation a été montée dans plusieurs départements afin de tester le dispositif. Les CODERPA locaux ont été sollicités pour y entrer et le seront systématiquement dans les autres départements.

Sept mois après la publication du rapport de ce groupe de travail, remis en juillet 2013, l’association MONALISA est créée et rassemble les associations et les institutions concernées pour faire cause commune dans la lutte contre l’isolement des âgés. Le dispositif « MONALISA » (MObilisation NAtionale contre l’ISolement social des Agés) a donné lieu à la signature d’une charte le 27 janvier 2014 à Metz en présence de Michèle Delaunay et de Brigitte Ayrault, ambassadrice MONALISA.

Conformément à ce qui était demandé dans le rapport MONALISA, une partie de la future loi d’adaptation de la société au vieillissement sera consacrée à fournir à ce dispositif une base législative. Il s’agit clairement de suppléer au manque de moyens des échelons locaux de l’aide sociale par un recours massif au secteur associatif afin de lutter contre l’isolement des personnes âgées.

D’une certaine façon, c’est un constat de carence des pouvoirs publics dans le domaine de l’action sociale. Ce sont donc les collectivités locales (communes, CCAS, conseils généraux) et les institutions (CNSA, caisses nationales de retraites) qui sont sollicitées pour appuyer un dispositif certes fondé sur le volontariat, mais qui risque de servir de prétexte, voire d’encouragement au désengagement du secteur public.

Même si les pouvoirs publics insistent beaucoup sur le fait que le dispositif n’a pas vocation à se substituer « ni à l’aide des familles, ni à celles des professionnels », ce n’est pas dans ce cadre que l’on pourra obtenir un renforcement des effectifs des travailleurs sociaux ou des budgets des organismes sociaux.

Par ailleurs, la présence importante d’associations à vocation confessionnelle dans cette organisation laisse perplexe sur la neutralité du dispositif malgré la signature de la charte MONALISA demandée aux volontaires. Si l’on ajoute à cela que la ministre, à une question posée en séance de concertation, n’a pas écarté l’adhésion possible d’organisations syndicales de retraités, on comprendra que sans nier l’utilité du bénévolat, on puisse se poser des questions sur la neutralité des interventions auprès des personnes âgées.

S’ils sont saisis d’initiatives dans le but de mettre en oeuvre MONALISA, les camarades siégeant dans les CODERPA devront donc se montrer prudents en privilégiant l’intervention des professionnels sur celle des bénévoles et en réclamant un renforcement des effectifs des travailleurs sociaux, qu’ils relèvent des municipalités, du département ou des caisses de retraite, afin de souligner l’insuffisance existant dans ce domaine. Nous sommes en particulier défavorables à l’intervention des jeunes du service civique en direction d’une population fragile.

Enfin, nous déconseillons naturellement aux Unions Départementales de Retraités de s’engager es qualité dans le dispositif des « équipes MONALISA ». La Commission développement de l’UCR a constitué un groupe de travail sur ce dossier et a produit une étude diffusée par circulaire confédérale N°23-2014 du 3 février 2014.

 Le rapport MONALISA : préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l’ISolement social des Agés

 Voir en ligne  : Le site MONALISA

Sur le même sujet

Retraites : que des raisons légitimes de préparer la grève

#5décembre2019 par Valérie Forgeront

« Nos retraites sont en danger, tous concernés », « La retraite par points, c’est non ! », « Le projet de réforme doit être abandonné », « Combattre pour ne rien perdre : tous ensemble défendons nos retraites »… Autant de slogans de FO qui signifient la détermination des travailleurs dans la préparation de la grève à compter du 5 décembre, pour la défense des retraites et l’abandon d’un projet qui remettrait en cause l’ensemble du système de retraite et ses régimes.

Compte pénibilité : le gouvernement cajole le patronat

Retraite par Secteur Retraites

En application du droit, les décrets ayant des incidences sur la législation de Sécurité sociale doivent être transmis pour avis aux Conseils d’administration des caisses nationales. Ceux sur le compte pénibilité ne font pas exception. Les projets ont donc été transmis à la Caisse nationale d’assurance (...)