L’État en quête d’emplois à supprimer

Service Public par  Valérie Forgeront

Les effectifs de la fonction publique resteront-ils en l’état en 2015 ? Rien n’est moins sûr. Après la suppression en 2014 de plus de 13 000 postes de fonctionnaires dans les ministères déclarés non prioritaires, l’État n’a malheureusement pas dit son dernier mot. La ministre de la Fonction publique, de la Réforme de l’État et de la Décentralisation, Mme Lebranchu, estime qu’il reste de la marge pour nouvelles réductions de postes. Peu de marge, admet-elle toutefois, dans la fonction publique de l’État. Celle-ci a en effet perdu 150 000 emplois à travers la RGPP. D’ici à 2017, ce sont cette fois 65 000 postes qui devraient disparaître dans les secteurs non prioritaires (finances, défense, etc.) pour être redéployés ailleurs, notamment à l’éducation. Reste que cette promesse de stabilisation des effectifs publics pourrait ne pas être tenue.

DES SERVICES PUBLICS À LA CARTE ?

« Nous avons encore des pistes à explorer » pour réduire les effectifs, indique en effet Mme Lebranchu. Et de citer par exemple « la répartition des missions et des moyens entre administrations centrales et services territoriaux ». Après la Réforme de l’administration territoriale de l’État (RÉATE), qui en 2010 a restructuré les administrations déconcentrées de manière interministérielle en bafouant l’échelon départemental et en entraînant la perte de milliers de postes, la Modernisation de l’action publique (MAP), lancée en 2012, pourrait donc décider de nouvelles mesures impactant les directions territoriales de l’État. Celles-ci ont cependant perdu plus de 80 000 postes entre 2012 et 2013... En guise de piste pouvant permettre de réduire les effectifs, la ministre estime que l’État pourrait aussi « coordonner, région par région, la réalité des besoins et veiller en particulier à éviter que les missions ne doublonnent avec celles des collectivités locales ». Cela reviendrait à moduler la présence des services de l’État en fonction des situations locales. Pour FO, ce possible désengagement de l’État via de nouvelles mesures de décentralisation conduirait à « une balkanisation de l’action publique ». Concrètement, « une mission publique se retrouverait aléatoirement portée d’une région à l’autre, voire dans aucune ». Cette régionalisation à la carte permettrait de supprimer des postes dans les services de l’État mais aussi dans les collectivités, également priées de réduire leurs dépenses.

 Voir en ligne  : Service Public : Je Nous Tous avec FO - Site Internet

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Les fonctionnaires répondent au gouvernement par une grève le 22 mars

Service Public par  Valérie Forgeront

Ce sera le jeudi 22 mars. Sept organisations syndicales sur neuf de la fonction publique dont l’UIAFP-FO (union interfédérale FO de la Fonction publique) annoncent pour cette date une journée de grève et de mobilisation. Les agents de l’État, de la territoriale et de l’hospitalière entendent ainsi répondre aux annonces faites ce 1er février par le gouvernement mais aussi à celles égrenées depuis le printemps.

Le 20 juin 2017 : grève des agents du Ministère du Travail

Service Public par FO Fonctionnaires

La FGF-FO apporte tout son soutien au syndicat FO-TEFP (Travail, Emploi et Formation professionnelle) dans son combat contre la baisse drastique des effectifs, les réorganisations incessantes des services et l’austérité budgétaire qui ne permet plus d’assurer un service public de qualité.

La mascarade gouvernementale continue !

Salaire des Fonctionnaires par FO Fonctionnaires

Après la mobilisation réussie du 15 mai dernier et l’entêtement du gouvernement qui maintient et confirme le gel des salaires des fonctionnaires, FO n’a pas participé à la réunion concernant les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations du 19 mai 2014.