Le Conseil d’État se déjuge dans le dossier du repos dominical

Communiqué de la Section fédérale du Commerce - FEC FO par Employés et Cadres

FO déplore que le Conseil d’État n’ait pas tenu la même position devant le même décret.

Le décret n’étant pas suspendu, cela permettra aux Grandes Enseignes délinquantes du bricolage et/ou de spécialistes de la déréglementation, d’ouvrir en toute légalité.

Tous les autres secteurs concurrents : quincaillerie, vendeurs de couleurs, magasins d’art de la table, négoces de matériaux vont subir une concurrence déloyale qui se soldera par la destruction d’emplois.

La Direction générale du travail (DGT) joue un rôle de facilitateur en traitant prioritairement l’accord Bricolage qui découle du décret, grâce à une procédure hyper accélérée dont ne bénéficient pas les accords sur les salaires. Du jamais vu !

Nos craintes sont renforcées avec la volonté de légiférer dans un tel contexte. FO continuera à défendre le repos dominical devant toutes les juridictions nationales et internationales.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Travail du dimanche : l’affaire Cora

Revue de presse par Christophe Chiclet

Dès le début, les syndicats en général et FO en particulier, avait tiré la sonnette d’alarme sur les dangers du travail dominical. Ce qui devait arriver, arriva. Deux employés de chez Cora viennent d’être licenciés pour avoir refusé de travailler un dimanche. Aperçus dans la presse.