Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce

Le Dumping social et le travail du dimanche tuent l’emploi !

, Employés et Cadres

Recommander cette page

Les preuves sont sous nos yeux, Mobilier Européen (Fly, Atlas, Crozatier), les indépendants du secteur de l’ameublement se portent mal. Même le groupe Parisot, poumon de la Haute-Saône et département sinistré, va mal.

C’est un vrai coup de rabot que leur font subir les 2 premières entreprises du secteur de l’ameublement, Conforama et IKEA, qui ne sont pas des modèles dans le social. Ces deux enseignes sont responsables du lobbying acharné qui a permis d’obtenir l’amendement « Debré » sur le travail du dimanche qui depuis 2008 autorise les magasins d’ameublement à ouvrir tous les dimanches, sans demander l’avis de leurs salariés donc pas de « volontariat », ni à les payer plus, donc sans compensation.

Sans oublier :

- Pour Conforama, les nombreux plans de restructurations sans respecter la loi.

- Pour IKEA, la précarité et la modulation à outrance.

Ce cocktail est mortel socialement et économiquement pour toute la chaine de la coupe du bois, de la fabrication française jusqu’à la vente.

Attention, cette recette est transposable dans tous les secteurs de la fabrication à la vente. FO l’a encore rappelé lors du coup de force dans le Bricolage. Une crainte identique était portée par les employeurs du secteur de la quincaillerie.

Combien de chômeurs à la clé ?

Combien de zones sinistrées ?

Comment relancer l’industrie avec de telles méthodes ?

« Notre propre pays est confronté à un chômage record et s’enfonce dans la récession autant que dans l’austérité. Le doute s’est installé. Je le mesure chaque jour. Il se charge en défiance envers l’Europe et même envers la démocratie. Il se transforme en indignation devant l’injustice d’un système, l’impuissance d’une politique, l’indécence des nantis. Il dégénère en violence privée, familiale, sociale, urbaine, avec cette terrible idée qui s’est installée, qui se diffuse dans notre conscience collective : la marche vers le progrès se serait arrêtée, nos enfants seraient condamnés à vivre moins bien que nous. Eh bien, c’est contre cette idée-là que je me bats. » - discours, du candidat à la présidentielle, François Hollande, au Bourget.

Le redressement productif, c’est maintenant qu’il le faut. Pour nous, pas contre nous !

Voir en ligne : Fédération des Employés et Cadres FO - Site internet