Les vingt-deux équipes au départ

Le Tour et ses équipes par Baptiste Bouthier

AG2R LA MONDIALE
Victime d’une chute sur le chrono d’Embrun alors qu’il était dans les dix premiers du général en 2013, Jean-Christophe Peraud est le leader de l’équipe savoyarde et l’une des principales chances françaises pour un bon classement général. À ses côtés, Carlos Betancur découvre la Grande Boucle, mais le grimpeur colombien est du genre à apprendre vite... Romain Bardet, 15e et premier Français du Tour 2013, a carte blanche pour essayer de gagner une étape en montagne. Vainqueur l’an dernier à L’Alpe d’Huez, Christophe Riblon espère lui accrocher une autre grande étape et rêve de passer quelques jours en jaune.

ASTANA
La formation kazakhe sera l’une des principales candidates à la victoire finale avec Vincenzo Nibali, troisième du Tour en 2012 et vainqueur du Giro l’an dernier. L’équipe sera au service exclusif de l’Italien : Jakob Fuglsang, Tanel Kangert ou Janez Brajkovic, tous excellents grimpeurs, forment sa garde rapprochée, sans oublier les compatriotes de Nibali, Michele Scarponi et Valerio Agnoli.

BELKIN
L’équipe néerlandaise voudra comme toujours briller en montagne, notamment avec Bauke Mollema et Laurens ten Dam, respectivement sixième et treizième du Tour de France 2013. Spécialistes des classiques pavées, Sep Vanmarcke et Lars Boom ont eux pour objectif d’aller gagner des étapes en baroudeurs.

BMC
Cinquième il y a deux ans, Tejay van Garderen est le leader de cette équipe qui avait gagné le Tour 2011 avec Cadel Evans, cette fois absent. L’Américain est bien entouré avec à ses côtés les grimpeurs John Atapuma et Peter Velits, et le roule-toujours Taylor Phinney, qui espère aussi remporter une étape.

BRETAGNE
Première participation pour l’équipe bretonne qui veut surtout animer les étapes et, pourquoi pas, essayer d’accrocher une étape de transition. En montagne, Eduardo Sepulveda est capable de belles choses ; sur des parcours un peu moins difficiles, Florian Vachon et Armindo Fonseca, qui dispose d’une belle pointe de vitesse, sont aussi de solides références. Au sprint, Romain Feillu va essayer d’aller à l’exploit.

CANNONDALE
Redoutable sprinteur, y compris lorsque le parcours est escarpé, Peter Sagan est le leader exclusif de l’équipe italienne, qui n’aura pas d’autre ambition que de servir ses intérêts. Le Slovaque va tenter de remporter autant d’étapes que possible et de ramener un troisième maillot vert de rang sur les Champs-Élysées.

COFIDIS
Plusieurs grimpeurs solides au sein de l’équipe nordiste peuvent rêver remporter une belle étape ou accrocher un top 10 au général : l’Espagnol Daniel Navarro, le Français Jérôme Coppel ou encore l’Estonien Rein Taaramae. Julien Simon, à l’aise quand ça grimpe et rapide au sprint, peut aller chercher une étape au terme d’une longue échappée.

EUROPCAR
Toujours très en vue sur la Grande Boucle, l’équipe vendéenne compte sur ses leaders habituels : l’imprévisible Thomas Voeckler, capable de tout et sur tous les terrains, et le grimpeur Pierre Rolland, qui peut aussi bien viser un top 5 au général, une belle étape de montagne ou le maillot à pois. Nouveauté : la formation de Jean-René Bernaudeau peut également briller au sprint grâce à la jeune pépite française Bryan Coquard.

FDJ.FR
Auteur d’un Tour 2012 remarquable, bien moins en vue l’an dernier, Thibaut Pinot est le principal atout de l’équipe au trèfle : il peut réaliser de très grandes choses en montagne, soutenu par Arnold Jeannesson et Alexandre Geniez. Les hommes de Marc Madiot peuvent aussi espérer de très bons résultats au sprint, avec Arnaud Démare ou Nacer Bouhanni.

GARMIN
L’équipe américaine compte sur Andrew Talansky pour faire mieux que sa dixième place finale de l’an dernier. Mais elle a aussi d’autres atouts dans sa manche : l’hyper expérimenté David Millar et le puncheur Tom-Jelte Slagter sont de redoutables chasseurs d’étapes, Daniel Martin peut réaliser un grand numéro sur une étape de montagne...

GIANT-SHIMANO
C’est tout pour le sprint au sein de l’équipe néerlandaise dont le leader est Marcel Kittel, vainqueur de quatre étapes sur le Tour 2013 dont celle des Champs-Élysées. Et si l’étape est un peu trop dure pour l’Allemand, c’est son compatriote John Degenkolb, presque aussi rapide et plus à l’aise dans les bosses, qui prend le relais. En montagne, le jeune espoir français Warren Barguil va tenter de se faire connaître du grand public.

IAM
Première participation mais avec un leader expérimenté : le Français Sylvain Chavanel, déjà plusieurs étapes du Tour et plusieurs jours en jaune au compteur et qui veut remettre ça, de même que son compatriote Jérôme Pineau ou que le Suisse Martin Elmiger,rapide. L’équipe helvète compte aussi sur ses grimpeurs Thomas Löfkvist, Mathias Frank et Johann Tschopp pour briller en montagne.

KATUSHA
Deux atouts majeurs pour l’équipe russe : le sprinteur norvégien Alexander Kristoff, vainqueur de Milan-San Remo en mars, et le grimpeur slovène Simon Spilak, aussi méconnu que redoutable, surtout lorsqu’il pleut.

LAMPRE
L’équipe italienne a un leader tout désigné : le champion du monde Rui Faria da Costa. Vainqueur de deux étapes l’an dernier, le Portugais vise cette fois un top 5 au classement général, entouré par les expérimentés José Serpa et Nelson Oliveira. Carte du sprint aussi avec l’Italien Sacha Modolo.

LOTTO-BELISOL
Souvent malchanceux, le Belge Jurgen van den Broeck, quatrième du Tour 2012, est le leader pour le classement général. Mais il n’a pas toute l’équipe à son service car une bonne partie de la formation belge est dédiée au sprinteur allemand André Greipel, qui a toujours gagné au moins une étape sur le Tour de France en trois participations.

MOVISTAR
C’est tout pour Alejandro Valverde au sein de l’équipe ibérique. Le grimpeur espagnol était en lice pour le podium final l’an dernier avant d’être victime des bordures sur l’étape Saint-Amand-Montrond. Autour de lui, une solide équipe : Beñat Intxausti, Ruben Plaza, José Herrada et Eros Capecchi pour l’aider en montagne, Alex Dowsett et José Ivan Gutierreze... Du costaud.

NETAPP
L’équipe allemande ne veut pas jouer les utilités pour son premier Tour de France. Elle compte notamment sur son grimpeur tchèque Leopold König, neuvième de la Vuelta l’an dernier, pour remporter une belle étape de montagne. Jan Barta, Tiago Machado ou encore Bartosz Huzarski sont également de solides et expérimentés coureurs, capables d’aller chercher une étape en baroudeurs.

OMEGA PHARMA – QUICK STEP
L’équipe belge a pour ambition principale de favoriser les desseins de Mark Cavendish : le sprinteur britannique a déjà remporté vingt-cinq étapes sur la Grande Boucle, et il ne compte pas s’arrêter là ! Pas besoin d’équipier en revanche pour le triple champion du monde du chrono Tony Martin, qui est le grand favori du contre-la-montre de Périgueux. Mais « OPQS » rêve aussi de jouer, pour une fois, les premiers rôles en montagne grâce à sa pépite polonaise Michal Kwiatkowski, dont le talent semble sans limites...

ORICA
Peu de chances en montagne pour l’équipe australienne : priorité au sprint avec Michael Matthews, Matthew Goss ou encore Daryl Impey, premier Africain à avoir porté le maillot jaune du Tour l’an dernier. Quant à la star de l’équipe, Simon Gerrans, vainqueur cette année de Liège-Bastogne-Liège, il va tenter de faire parler sa science de la course pour remporter une belle étape.

TEAM SKY
Double tenante du titre sur le Tour de France avec Bradley Wiggins, vainqueur en 2012, et Chris Froome, qui lui a succédé en 2013, l’équipe britannique vise la passe de trois avec ses deux stars au départ. Tout le reste de l’équipe sera à leur service : les grimpeurs Mikel Nieve et Vasili Kiryienka, comme les tout-terrain Richie Porte et Geraint Thomas.

TINKOFF-SAXO
La grande rivale de la Sky : au sein de l’équipe russe, c’est tout pour Alberto Contador, l’un des principaux favoris de ce Tour 2014. Comme l’an dernier, l’Espagnol compte notamment sur son lieutenant de luxe Roman Kreuziger. Le reste de la garde rapprochée est notamment composé des expérimentés Nicolas Roche et Nicki Sörensen.

TREK
L’équipe américaine a pour leaders les frères Frank et Andy Schleck, dont il est toujours compliqué de savoir à quoi s’attendre tant ils sont capables du meilleur comme du pire. Le salut peut venir d’un troisième Luxembourgeois, le jeune et talentueux Bob Jungels... Mais la vraie valeur sûre c’est Fabian Cancellara, capable de gagner à peu près partout, et surtout sur le contre-la-montre de Périgueux.

Sur le même sujet

Qui est le plus jeune vainqueur du Tour ? Et le plus vieux ?

Le Tour en questions par Baptiste Bouthier

Il faut remonter loin dans les archives du Tour de France pour retrouver le plus jeune et le plus âgé des vainqueurs du Tour de France. Vainqueur à seulement 20 ans du Tour 1904, Henri Cornet détient un record de précocité qu’il sera difficile à égaler. Il faut dire que le Français avait (...)

Le Tour en treize chiffres clés

Idées

Année après année, le Tour évolue, se renouvelle, et chaque édition apporte son lot d’événements marquants. Une certitude cependant, le spectacle et l’émotion seront toujours au rendez-vous.

Sommaire du supplément à FO Hebdo n°3120 du 18 juin 2014

Toute l’actualité

• Le parcours • Les favoris • Les équipes • Les bonnes questions • Les entretiens • Radiographie d’un vélo • La jeune garde • Les autres courses • Le dopage • La Logistique • Les livres • Les Quizz