En France, l’OFCE prévoit 127 000 chômeurs de plus en 2014 et 2015

Le prix de l’austérité par Mathieu Lapprand

Pour l’OFCE, la croissance repartirait en France pour les deux prochaines années. Un redémarrage de 1,2% en 2014 et de 1,6% en 2015, contre 0,3% l’an passé. Mais ce redémarrage est contrarié par la poli­tique d’austérité qui, selon l’organisme, coûtera 0,9 point de croissance en 2014 et 0,7 point en 2015. Après six années de crise, c’est le plus lent redémarrage économique de ces quarante dernières années. Il aura fallu six années au PIB pour re­nouer avec les niveaux de 2008.

« Double peine pour les ménages »

En cause donc, selon l’observa­toire, la politique budgétaire : si elle a été un moteur de croissance en 2008 et 2009 avec des politiques de relance, la rigueur mise en place ensuite a été un frein à la reprise économique pour Éric Heyer, directeur adjoint au département analyse et prévision de l’OFCE. « La rigueur a ainsi formaté la politique économique. […] Au total, de 2010 à 2013, la restriction [NDLR : budgétaire] a atteint un niveau inégalé depuis l’après-guerre, soit presque 5 points de PIB en cumul de 2010 à 2013. »

Cette faible reprise a un impact sur l’emploi car selon l’OFCE, les entreprises et notamment industrielles sont celles qui, du fait de la baisse de la demande, disposent actuellement d’un potentiel de production non exploité.

Malgré le début de reprise et le retour à des créations d’emplois en 2014 et 2015, les prévisionnistes s’attendent à une augmentation du nombre de chômeurs de 61 000 en 2014 et de 66 000 en 2015. Avec les augmentations d’impôts directs et indirects, l’OFCE déplore donc une double peine pour les ménages qui vont continuer à subir tant la hausse du chômage que la baisse de leur revenu disponible.

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Fiscalité 2018-2020 : elle pèse sur les ménages modestes

Economie par  Valérie Forgeront

S’il fallait encore se convaincre du bien-fondé de la revendication de FO d’une augmentation générale des salaires, d’une revalorisation substantielle des minima sociaux ou encore de l’amélioration des retraites dans le cadre du système actuel, la lecture de la récente étude de l’OFCE/Science-PO sur l’impact des mesures socio-fiscales 2018-2020, notamment sur les ménages modestes, actifs, chômeurs ou retraités, n’aurait rien de superfétatoire...

Une reprise économique sans hausse des salaires

OFCE par Nadia Djabali

Il va bien falloir que la reprise de l’économie mondiale se traduise, notamment en France, par une hausse des salaires et une augmentation du nombre des contrats durables. C’est, en substance, ce qu’a déclaré Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, lors de la présentation des perspectives 2018-2019 de l’économie mondiale et de la zone euro.

Jean-Claude Mailly sur BFM Story

Emission du mercredi 15 octobre 2014 par Jean-Claude Mailly

Le secrétaire général de Force Ouvrière était l’invité de BFM Business, ce mercredi 15 octobre. Il a commenté les déclarations du ministre de l’Économie, Emmanuel Macron.