Les Français sur les dents

Consommation par Michel Pourcelot

Les Français sont sur les rotules, mais aussi sur leurs dents qui grinceront sans doute un peu plus à la lecture d’une enquête sur les soins dentaires publiée dans le dernier numéro de 60 millions de consommateurs. Conclusion : de trop nombreuses « pratiques tarifaires excessives ». Les Français s’en sont aperçus : près d’un sur quatre, 25%, renonce à ce type de soins ou les a reportés faute de moyens, selon le septième baromètre CSA pour Europ Assistance publié le 15 octobre dernier. Principale raison : le reste à charge après remboursement, particulièrement pour les prothèses, comme les couronnes, bridges, inlays (comblement d’une perte de substance dentaire) ou reconstitutions. En 2012, ils ont dépensé pour elles cinq milliards d’euros pour un milliard seulement remboursé par l’assurance-maladie. D’après l’étude réalisée pour l’Observatoire citoyen des restes à charge en santé, créé début 2013 par 60 millions de consommateurs, il faut régler quelque 600 euros et plus pour une couronne céramo-métallique dont la prise en charge n’est que de 75,25 euros, soit 70% de la base de remboursement, et plus de 2.000 euros en général pour la pose d’un implant, peu pris en charge par l’assurance-maladie. Pour plusieurs dents ou implants à ce tarif, un voyage dentaire en Hongrie ou en Thaïlande devient une option envisageable. Et puis ne pas oublier que, selon les dernières recommandations officielles, il faut désormais se laver les dents seulement deux fois par jour, et non plus trois fois ou plus, et cela avec une brosse à filaments souples, une brosse dure et trop de brossage pouvant nuire à vos dents.

 Voir en ligne  : AFOC - Associations FO Consommateurs - Site

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

De nouvelles règles de portabilité des garanties prévoyance depuis le 1er juin 2015

Lettre @ Secteur Retraites du 19 juin 2015 – n°89 par Secteur Retraites

La loi du 14 juin 2013 dite de « sécurisation de l’emploi » a généralisé à tous les employeurs l’obligation de maintenir, à titre temporaire et gratuit, la couverture collective frais de santé et prévoyance à l’égard de tout ancien salarié dont la rupture du contrat de travail ouvre droit à une prise en (...)